Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 20:01
Maxime Bucciarelli : Histoire des vins de Moselle
 
« Fleuve riche en coteaux que parfume Bacchus ». C’est en ces termes qu’Ausone, poète et consul bordelais du IVème siècle (l’un des deux Saint-émilions 1er Grands Crus classés A porte son nom), décrit la Moselle. Or, force est de constater que les vins français de la vallée de la Moselle ne jouissent aujourd’hui pas d’une grande réputation. A l’inverse, les rieslings allemands de Mosel-Saar-Ruwer figurent parmi les meilleurs au monde. Quant aux vins des coteaux luxembourgeois de la Moselle, ils ont été chantés entre autres par Jacques Brel et Nino Ferrer. Cet ouvrage vient à point pour réparer cette injustice. 

Contz.jpg 

Le vignoble mosellan à Contz-les-Bains
(photo Maxime Bucciarelli)

 
L’histoire n’a en effet pas épargné cette région, et sa viticulture en a largement fait les frais. Pourtant, elle connut des périodes très fastes, depuis l’arrivée des premiers ceps de vignes avec l’armée romaine, dès le IIIème siècle. La topographie de la vallée de la Moselle est en effet très propice à la vigne, et cela malgré sa position très septentrionale. Succession de coteaux bien orientés, géologie idoine (couches marno-calcaires en-dessous de sols graveleux et argileux), protection des gelées grâces aux brumes du fleuve. Enfin, le cours régulier de la Moselle en faisait alors un axe préféré au Rhin, bien plus capricieux. Trèves, capitale de l’Empire Romain d’Occident, et Metz, doivent très certainement leur prospérité à la proximité d’un vignoble de renom. Celui-ci survécut aux invasions barbares, et contribua à décider en l’an 511 Théodoric, beau-frère et opposant de Clovis, à choisir Metz comme capitale de l’Austrasie. Son royaume comprenait notamment l’Alsace, la Champagne et la Rhénanie, montant jusqu’aux actuels Pays-Bas.
 
Le clergé a joué un rôle clé durant la période Mérovingienne pour le maintien de l’unité du royaume. Les évêques se devaient d’avoir une bonne cave afin de recevoir dignement le roi et les hauts-dignitaires du royaume ; de là date la tradition du vin d’honneur. Pour cela, ils entretenaient souvent un vignoble de qualité. A partir de la fin du VIème siècle se sont développés monastères et abbayes. Source de revenus, mais aussi symbole du sacrifice de Jésus, le vin faisait alors l’objet d’efforts qualitatifs croissants. L’ère de Charlemagne vit un développement sans précédent du commerce fluvial. Les vins de Moselle en profitèrent largement. L’intérêt porté par l’Empereur est surtout connu en France au travers de son legs d’un fameux vignoble bourguignon au monastère de Saulieu. Mais il fit aussi planter de la vigne en de nombreux endroits, dont Guentrange à proximité de Thionville. 
 
L’aventure se poursuivra jusque vers le second tiers du XIXème siècle. Le vin de Moselle, apporté dans ses bagages par Charles, cardinal de Lorraine, fut déclaré « Roi des vins » lors du concile de Trente. Il faisait alors une très forte concurrence aux clairets bordelais sur le marché anglais. Henri II jugea les vins « rinoys » (de Moselle et d’Alsace) équivalents aux vins de France et les paya au même prix. Cette concurrence se renforça avec la Guerre de Cent ans (1337-1453) entravant l’exportation des vins de Bordeaux. La recherche de meilleurs rendements va cependant conduire à réduire la qualité. L’exode huguenot qui suivi la révocation de l’Edit de Nantes (3.000 Messins ont alors fui à l’étranger) et la Guerre de Trente ans accentueront ce mouvement, malgré la réaction du parlement de Metz qui mit en place une règlementation s’apparentant déjà à celle des AOC.
  

Nels-105-043--Vigneron-Arches.jpg

Deux cartes anciennes, extraites du livre, montrant la vigne plantée "en foule"

Nels-Metz-105-036-le-arches-entre-Ancy-et-Ars.jpg


Après la Révolution de 1789 la bourgeoisie va progressivement investir dans le vignoble, privilégiant des vins plus corsés aux clairets produits jusque-là. Le peuple va également s’approprier la vigne en fonction des moyens dont il dispose. La vigne se développe à nouveau, avec 5.000 hectares recensés en 1802 et 6.000 en 1878, au moment de l’annexion allemande. Avec un climat et des cépages équivalents à ceux de la Champagne, la Moselle intéressa alors fortement l’industrie allemande des vins pétillants ou Sekt. Manquant de matière première, elle importa massivement les moûts mosellans. Plusieurs maisons allemandes, mais aussi champenoises (dont Roederer ou encore Mercier) installèrent des succursales en Moselle. Des maisons lorraines lancèrent avec succès leur propre marque. 
   undefined

L’offre avait du mal à suivre la demande. Il fallut la tragique invasion du phylloxéra pour ravager progressivement le vignoble. Des premiers signes visibles dès 1873 à sa maitrise en 1917, plus de 4.400 hectares de vigne ont été détruits. S’y sont ajouté les destructions de la Grande Guerre puis le départ des Allemands en 1818, coupant le vin de Moselle de son principal marché. L’administration française n’était alors pas pressée d’offrir un marché de substitution à ces vins issus de la « Sibérie française » alors qu’il y avait une production massive de vins du Midi et d’Afrique du Nord à écouler. Un autre facteur accélérant le déclin du vignoble mosellan fut le développement croissant du tissu industriel, notamment autour du bassin minier, requérant force main d’œuvre. Au-delà de cette histoire aux nombreuses péripéties, Maxime Bucciarelli conte également le labeur quotidien des vignerons, ainsi que la variété et les histoires des nombreux cépages qui furent utilisés, tout cela richement documenté et illustré (l’auteur est aussi collectionneur de cartes postales anciennes).
 
Et aujourd’hui ? Le vignoble mosellan connait une véritable renaissance. Une poignée de vignerons ont fait un travail qualitatif sur plusieurs décennies, ayant notamment permis un classement en VDQS (Vin Délimité de Qualité Supérieure). Trois secteurs sont concernés : la rive gauche de la Moselle (9 villages), la rive droite (4 village) et la région de Vic-sur-Seille (où habita le peintre Georges de La Tour). L’encépagement est constitué de Riesling, d’Auxerrois, de Gewürztraminer, de Pinot Blanc, Gris, Rouge ou Meunier, de Müller-Turgau (cépage allemand que l’on ne trouve pas ailleurs en France), et de Gamay (qui intervient dans la fabrication du vin gris). Les vins sont friands, nerveux ou tendres, assez typiques des zones septentrionales tempérées. Ils séduisent par leur fraicheur et leur fruité, accompagnant avec bonheur la cuisine régionale. Les viticulteurs mosellans (dont la plupart sont présentés dans le livre) sont tous engagés dans une démarche de valorisation de leur terroir, passant par une recherche constante d’amélioration de la qualité.
 
Puisse ce livre vous donner envie de découvrir ou de redécouvrir l’un de ces vins de Moselle qui faisait chanter Brel ! 

vinsdemoselle.jpg
Histoire des vins de Moselle
. Maxime Bucciarelli. 200 pages. Serge Domini Editeur. 2006. 45 €. 
 
L'édition est de seulement 1.500 exemplaires. Le livre est n'est donc pas distribué très largement, mais vous pouvez le trouver sur le site de la Fnac. Si vous voulez en savoir plus sur la Moselle et sa gastronomie, n'hésitez pas à consulter le site de l'Office du tourime de la Lorraine, les pages consacrées à la gastronomie sont très complètes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quel est ce blog ?

L'Œnothèque ~ Des livres et du vin ...

  • L’œnothèqueQuelques livres autour du vin : ouvrages pratiques, guides, essais, beaux livres, récits, romans, poésie, entre autres ... 
          > Voir la liste.

Contactez l'auteur.
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles publiés sur le blog.
Et n'hésitez pas à recommander ce blog !


L'abus d'alcool est dangeureux pour la santé, sachez apprécier et consommer avec modération.

Derniers Articles

  • Cherchez l'intrus
    Quelques flacons ouverts durant ce long week-end de Pâques (qui commence le Vendredi-Saint ici...). Un intrus s'y est malicieusement glissé :
  • SlowLily
    Bonjour, je vous avais sollicités récemment pour contribuer à une étude de lmarché. Merci à tous les participants à l'étude. Elle a été très utile pour affiner le concept et développer la ligne. La boutiques est désormais ouverte, à l'adresse suivante...
  • Pétition Urgente Soutien Vigneron !
    Bonjour à toutes et tous, Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or passera ce lundi 24 février en correctionnelle pour avoir refusé d'obéir à un arrêté préfectoral ordonnant de pulvériser un dangereux pesticide (qui tue les...
  • Face à la saloperie, soyons solidaires !
    C'est rare que je demande quelque chose à mes lecteurs, et vous vous en doutez bien qu'il me faut être bien indigné pour reprendre, ne serait-ce que ponctuellement, le chemin de mon blog... C'est une article des 5 du Vin, que m'a fort aimablement remayéé...
  • Participez à une étude de marché
    Une personne proche réalise actuellement une étude de marché pour l'ouverture d'une boutique en ligne. Merci de prendre quelques minutes pour y contribuer. URL du questionnaire http://www.mon-enquete-enligne.fr/index.php?sid=51571&lang=fr URL courte :...
  • Blog en sommeil...
    L'avalanche quotidienne de courriers de lecteurs dépités et de lectrices au coeur brisé me fait prendre conscience que je dois quelques mots d'explication aux milliers de fans de l'Oenothèque... N'étant pas un professionnel, ni du vin ni de l'édition,...
  • Carlo Petreni présentera sonnouveau livre vendredi à Paris
    Invitation à la conférence de présentation du livre "Terra Madre - Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation" avec Carlo Petrini, auteur du livre, fondateur et Président de Slow Food et avec Gilles Fumey, professeur des Universités de Géographie...
  • Ephéméride du 8 au 14 août
    L'arrêté du 8 août 1962 attribue le label VDQS, Vin Délimité de Qualité Supérieure, aux vin des Côtes du Vivarais (Ardèche), qui accéderont à l'AOC en 1999. La loi du 9 août 1905 soumet les grands marchands de vins de Paris à l'entrepôt obligatoire à...
  • Ephéméride du 1er au 7 août
    La nouvelle réglementation européenne viti-vinicole est mise en place au 1er août 2009. Entre autres, elle autorise l’usage de copeaux de bois pour les vins AOC en France. Plus de 100 ans auparavant, une autre loi ne résolvait pas davantage les problèmes...
  • Ephéméride du 25 au 31 juillet
    Par le traité du 25 juillet 1840, le gouvernement de la Hollande affranchit de tous droits de douanes les vins, eaux-de-vie et esprits de France en cercles. Il réduit pour les vins en bouteilles le droit d'entrée de trois cinquièmes, et de moitié pour...