Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 18:49

Pierrick Bourgault : Bars en France.

J'ai souvenir d'une chanson populaire qui passait à la radio quand j'étais enfant. Elle parlait d'un petit bistrot au coin de la rue, où tout le monde était le bienvenu, quelle que soit son origine ou sa fortune. Un endroit où, disait la chanson, la vie valait encore la peine d'être vécue ... Pierrick Bourgault est allé à la pêche à de tels endroits et nous en a rapporté un plein panier. Certains sont marqués par le caractère bien trempé de leur patron (qui assez souvent est une patronne) qui lui imprime a passion, qu'elle soit pour la 2CV, les loups, la brocante ou encore pour Johnny. D'autres mènent une double vie, bar côté pile et coiffeur, bibliothèque ou plomberie-chauffage-électricité-électroménager-quincaillerie côté face. D'autres encore ont la bougeotte et tiennent commerce dans un bus ou un bateau, a moins qu'ils ne préfèrent accueillir les voyageurs du monde entier ou simplement regarder les avions s'envoler. Qu'ils aient toujours été là ou qu'ils soient éphémères, qu'ils soient insolites ou plus classiques, à la ville ou à la campagne, tous sont d'authentiques témoins d'un art de vivre, véritable patrimoine vivant. 


Un patrimoine qui s'offre à l'habitué comme au passant à qui il suffit parfois de pousser une porte pour trouver une communauté chaleureuse, où la convivialité tient souvent lieu de rite et les histoires des piliers composent la mythologie. Mais ce patrimoine vivant le sera-t-il encore longtemps ? Car sur les 50 bars de ce carnet de route, 6 sont déjà fermés, avant même que son encre ne soit sèche. Et un bar qui ferme, que ce soit dans un village ou un quartier parisien, c'est un peu une bibliothèque qui disparaît. Il nous reste heureusement 44 lieux à découvrir, avec leurs histoires et leurs personnages, ainsi que des centaines d'autres bars en France et ailleurs, ce livre étant aussi une invitation à la curiosité et à la découverte. 

Bars en France. Pierrick Bourgault (textes et photographies). 96 pages. Editions Dakota. 2009. 13,90 €.

Venez rencontrer Pierrick à Paris le 13 novembre à l'Arbre à Lettres puis au Bistrot d'à côté et le 12 décembre au Zango des Halles. Infos et adresses sur
monbar.net.

 
Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 22:54

Il ne s'agit pas de la couverture du dernier livre de recettes à la mode, mais du visuel de la campagne du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, destiné à attirer l'attention de l'opinion publique et des politiques sur l’enjeu alimentaire mondial à la veuille du Sommet mondial sur la sécurité alimentaire du 16 au 18 novembre prochain, à Rome. 


Depuis bientôt 50 ans le CCFD-Terre Solidaire est engagé pour combattre le scandale de la faim dans les pays en développement. Mais les progrès obtenus à l’échelle locale ou nationale ne suffisent pas. Seules des politiques cohérentes et volontaristes menées à l’échelle mondiale permettront aujourd’hui d’assurer le droit à l’alimentation de chaque être humain, et demain de répondre aux besoins alimentaires de 9 milliards d’êtres humains.

Plus d'informations sur le site du
CCFD-Terre solidaire.

 
Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 20:00
Assez de grisaille en ce début d'automne ! Les Apéros Vintage de Bordeaux ont repris à Paris. Pas de panique, si vous avez manqué ceux des 6 et 13 octobre, il reste encore quelques soirées pour vous rattraper : 

Le 20 octobre Le Bar Rouge – Paris 3ème
Concert : Thos Henley. Animation : tatoueuse (!)
 
Le 27 octobre : Le Mécano Bar – Paris 11ème
Concert : Kid Bombardos. Animation : dédicace de stop goutte (!!)
 
Le 3 novembre : Chez Jeannette – Paris 10ème
Concert : Arch woodmann. Animation : dédicace de sacs (!!!)



Concerts de 19 à 21 h, informations : www.bordeaux.com


Repost 0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 15:01

Martine Coutier : Dictionnaire de la langue du vin.

D’abord à vulgaire, la langue du vin comporte de très nombreux termes qu’elle emprunte le plus souvent au langage courant et qu’elle met à sa propre sauce ! Quelques 780 d’entre eux sont ici recensés, définis, illustrés et commentés. Les définitions sont très éloignées de celles que l’on trouve dans les dictionnaires communs de la langue française, qui ignorent quasi-systématiquement le sens que leur donnent les œnophiles. Inutile par exemple d’y recourir pour savoir ce que votre voisin de table a bien voulu dire en qualifiant son vin de couillu, de distingué, de franc ou d’introverti ...


Le vin donne bien entendu lieu à toute une série de termes relatifs à la perception visuelle, olfactive et tactile. Le registre des métaphores est également très riches, qu’elles soient sensorielles, temporelles, spatiales, artistiques, … Mais le registre le plus impressionnant est celui des métaphores anthropomorphiques, sur lesquelles vous venez d’avoir un tout petit aperçu. La langue révèle la place si particulière du vin dans notre société, à tel point qu’on le qualifie volontiers avec des termes décrivant habituellement nos semblables. Car tout vin, qu’il soit aimable ou rude, discret ou bavard, est comme un convive de plus à table. Personnage vivant, on ne sera pas étonné que des mots tombent en désuétude, que disparaissent progressivement les paillets et les jansénistes, que s’effacent tous ces vieillots au profit par exemple des parkérisés, bodybuildés et autres vins de garage.

Martine Coutier a réalisé un très riche travail de recherche dans la littérature, dans les guides et revues spécialisées, dans les ouvrages techniques, pour produire ce dictionnaire qui explore le prolifique vocabulaire du vin avec une approche linguistique. Un ouvrage qui a du montant !




Dictionnaire de la langue du vin. Martine Coutier. Préface de Jean-Claude Pirotte. 476 pages. CNRS Editions. 2007. 30 €.
 
 
Repost 0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 08:48

« La Nature est sur le point de rendre les armes face à la violente domination de l'Homme » résume Spencer Tunick, photographe connu pour son approche très personnelle du land-art, dans lequel il met en scène des foules nues. 

A quelques semaines de la conférence de Copenhague,
 il met son objectif et son talent au service de Greenpeace, qui souhaite sensibiliser l’opinion publique aux menaces que font peser les changements climatiques sur l’environnement et les cultures. Il vient ainsi de mettre en scène quatre installations avec 700 personnes complètement nues dans les vignes de Bourgogne. Mais voyez plutôt :


Les images ont été prises au domaine du Château des Rontets, situé en Pouilly-Fuissé, et appartenant à Claire Gazeau et Fabio Montrasi, deux anciens architectes reconvertis dans la viticulture bio.

 

Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 11:01

Marco Parenti : L’art de couper le fromage.

Si certains ont élevé la pratique de la découpe des cheveux en quatre au rang d’art, ce n’est rien comparé aux recherches qui furent nécessaires pour trouver les meilleures manières de découper un fromage en quatre, mais aussi en cinq, six, sept, etc., au regard de sa forme. Vous vous direz peut-être qu’il n’y a pas de quoi en faire justement un fromage. Qu’il suffit généralement de prendre un de ces couteaux à dents marqués « fromage » sur le manche ou la lame, et de couper des parts égales. Vous voilà donc prêts à faire subir à la pâte du fromage un véritable massacre en la pénétrant par toutes ces petites pointes. Massacre qui évoque ni plus ni moins à l’auteur que le « viol d’une vierge sans défense », ce qu’aucun gentilhomme ne laisserait faire !


Vous voilà prévenus, couper le fromage n’est pas un acte anodin. Il relève d’un véritable rituel que tout amateur un tant soit peu digne devrait maitriser. Choix des ustensiles en fonction du fromage, définition du plan de découpe selon la forme et le nombre de convives (car il s’agit d’offrir à chacun la même quantité avec une même proportion de pâte et de croute), et maîtrise absolue du geste au regard de la densité de l’objet du désir : ce traité mi-sérieux codifie la découpe du fromage à l’instar de l’
ikébana pour la préparation du thé ou du kamasutra pour le plaisir sexuel.




Si l’ouvrage tient ses promesses pour la découpe (du fromage comme des cheveux), il nous laisse un peu sur notre faim (c’est un comble) au niveau des accords entre fromages et vins, soit par manque de précisions (un Alsace avec le munster, oui mais lequel ?), soit par un certain conformisme (les accords régionaux et les vins rouges sont le plus souvent mis en avant). Le numéro d’octobre de la
Revue des Vins de France arrive donc à point. Olivier Poussier y alimente tout un dossier consacré à ce sujet, conseillant notamment de ne servir qu’un seul fromage, mais en travaillant l’accord avec le vin, qui sera d’ailleurs plus souvent blanc que rouge.


L’art de couper le fromage - Petit traité mi-sérieux sur l’art de couper le fromage et de l’assortir au pain et au vin
. Marco Parenti. 64 pages. Editions DésIris. 2000 (édition italienne originale de 1991). 10 €.

 
Repost 0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 11:44

Le vin est un sujet sérieux, qui en aurait douté ? Mais de là à ce que la revue Science & Vie lui consacre tout un numéro hors-série … Bien lui en a pourtant pris ! Car si certains articles s’adressent plus au néophyte, l’amateur dit averti y trouvera quantité d’informations passionnantes. Par exemple sur les mécanismes du goût, montrant à quel point il faut relativiser nos capacités à décrire les vins dégustés. Egalement sur l’histoire sept fois millénaire de l’homme et du vin, aux usages tour à tour rituels, alimentaires ou thérapeutiques. Sur la médecine, justement, avec enfin une synthèse objective des connaissances sur les effets du vin sur la santé, très loin des diatribes prohibitionnistes. Mais aussi sur les défis environnementaux que doit relever la viticulture. L’heure n’est en effet plus aux polémiques sur les usages de pesticides, la viticulture doit les réduire drastiquement. Il reste à savoir comment, le bio n’étant pas la panacée. Il en est de même pour les mutations climatiques, qui vont nécessairement conduire à des évolutions dans les pratiques.

 

Mais le vin n’est pas une boisson réductible à sa composition chimique, aussi complexe soit-elle (même si certains chercheurs travaillent sur l’élaboration de vin de synthèse). Il est aussi un art, résultant de la conjonction toujours unique des talents de la nature et de l’homme. Un aspect que Science & Vie n’omet nullement de prendre en compte, réconciliant les esprits cartésiens et les poètes.

 

Science & Vie, numéro hors-série La science du vin. 130 pages. 7 €.

 

 

Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 14:34

Ségolène Lefèvre : Les femmes & l’amour du vin.

 

Si la place des femmes dans le monde du vin n’est aujourd’hui plus remise en cause, il n’en a pas toujours été ainsi. Vénus a souvent été tenue éloignée de Bacchus. Pour que les mentalités commencent petitement à évoluer, il aura fallu quelques réussites éclatantes de jeunes veuves que le destin a conduit a reprendre les rênes du domaine tenu par feu leur mari. Françoise de Sauvage d’Yquem, Louise Alexandrine Pommery, Barbe Nicole Cliquot ont amené leurs vins aux sommets et ont ainsi ouvert une voie de moins en moins étroite pour les femmes vigneronnes. Ce qui est vrai à la vigne et au chai l’est également pour la vente ou la sommellerie, où les femmes accèdent de plus en plus, et avec un talent justement remarqué, à des fonctions traditionnellement masculines.

 

Richement documenté, le livre de Ségolène Lefèvre propose une analyse mythologique, historique et sociologique très fine de tous les mécanismes qui ont, au fil des âges, tour à tour écarté ou au contraire ramené les femmes au vin. Et cela au travers de trois grandes thématiques : faire, servir et boire le vin. Trois domaines où les tabous religieux, les interdits moraux et les aprioris machistes ont souvent cantonné les femmes dans des rôles secondaires, quand elles avaient seulement le droit de jouer un rôle … Et le marketing de vins dits « féminins » n’est que le dernier avatar du sexisme en la matière.

 

Un autre intérêt de l’ouvrage réside dans le fait de donner la parole aux actrices de cette évolution, à des femmes connues et reconnues dans le monde du vin : Christine Valette (Château Troplong-Mondot), Clotilde Davenne (Domaine les Temps Perdus), Iris Rutz-Rudel (Domaine de Lisson), Béatrice Cointreau (by BC), Corinne Hennequin (L & Vin), Jancis Robinson (JancisRobinson.com) et bien d’autres. Il redonne à la femme sa juste place dans le monde du vin : une place centrale partagée avec l’homme. Car comme le conclue si bien Ségolène Lefèvre, « l’amour et la culture du vin ne sont ni masculins, ni féminins, ils sont bien au-delà des querelles sexistes ».

 

 

Les femmes & l’amour du vin. Ségolène Lefèvre. 184 pages. Editions Féret. 2009. 19 €.

 

Voir également le blog très riche de Ségolène Lefèvre : Boire et manger, quelle histoire !

 

 

Repost 0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 16:03
Voilà quelques temps que les cassandres et déclinologues de tout poil nous annoncent que la gastronomie française ne vaut plus un clou sur la scène mondiale en général et anglo-saxonne en particulier. S'il est vrai que l'hexagone n'a pas le monopole du bon goût, notre "art de vivre" n'en continue pas moins de fasciner outre-Manche et outre-Atlantique. Pour preuve, le dossier que nous propose le numéro courant de Courrier International. Quel est le dernier best-seller aux Etats-Unis ? Un livre de recettes françaises recommandant l'usage d'une plaquette entière de beurre pour un poulet sauté aux herbes de Provence !

Deux articles consacrés à nos vins, tels qu'ils sont vus et appréciés ailleurs, sont très éclairants. N'en déplaise à certaines esprits chagrins, nos terroirs continuent à être reconnus comme figurant parmi les meilleurs au monde. Et s'il n'y a pas de doute sur la qualité globale de nos vins, les politiques prohibitionnistes, et la difficulté à les rendre un tant soit peu plus compréhensibles aux consommateurs, laissent nos amis anglo-saxons songeurs. Un ensemble d'articles tour à tour amusants, instructifs ou irritants, composent ce dossier.


Courrier International, hebdomadaire,  3 € chez votre marchand de journaux.

 
Repost 0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 22:16

Si les vendanges démarrent chaque année un peu plus tôt, il n’en est pas de même pour les FAV (nom de code pour les foires aux vins). Je ne pense en effet pas que la grande distribution va les avancer, puisqu’elles se percuteraient alors avec les opérations « rentrée des classes ». Déjà qu’un certain nombre arrivent en même temps que le paiement du dernier tiers des impôts … Et avec les FAV, nous arrivent bien entendu les nombreux numéros « spécial vins » de quasiment toutes les revues d’information, voire des quotidiens. Et cette année, avec la crise, l’amateur providentiellement éclairé par ses revues préférées est censé faire de réelles bonnes affaires.

 

Là je demande à voir. Car à première vue Bordeaux continue à truster les linéaires avec beaucoup de 2006 et 2007 dans de bouteilles de milieu de gammes. Les 2005 ont été assez peu vus l’année dernière et continuent à bouder les foires. Les Bourgogne restent également rares et les autres régions sont bien représentées en produits moyens, pas mauvais, mais pas extra non plus. Cherchez les « bonnes » affaires … De plus, je fais partie des gens qui croient (à tort peut-être …) que les choses ont un coût et un prix. Que si le vigneron veut vivre de son travail, il va vendre son vin à un certain prix. Que le système de distribution, qui va me permettre de trouver son vin à côté de chez moi, va faire pareil. Et qu’au final, la différence de prix que je vais éventuellement trouver dans une FAV ne vaudra pas les heures que j’aurais passées à éplucher les revues et publicités, ni celles à parcourir les linéaires (voir un article à ce propos).

 

Bref, en-dehors du Point concocté par Jacques Dupont (édition du 3 septembre, encore disponible chez de nombreux marchands de journaux), je ne me suis pas plus rué sur ces numéros spéciaux que je ne me ruerai sur les FAV.

 

Chablis, mais également Chinon, Morey-saint-Denis, Sancerre, Cahors, ...

et riesling du Palatinat sont notamment à la carte de ce numéro du Point.


Saluons néanmoins la naissance d’un petit (23 x 28 cm tout de même) nouveau dans le paysage : Terre de vins. Renaissance, devrais-je plutôt dire, car le magazine existe depuis 1999, mais il se focalisait jusque-là sur les vins du Sud de la France. Un changement d’actionnaire (le Midi Libre appartient désormais au Groupe Sud-Ouest) a conduit à une refonte complète de la ligne éditoriale. Et si le magasine était déjà remarquable, sa nouvelle dimension le rend encore plus intéressant. Désormais, il affiche son œcuménisme et sa volonté d’ouverture à « tous les vins et tous les palais » en se montrant « curieux et épicurien, attentif à ceux qui veulent découvrir, partager, et peut-être aimer ».


 

 

 

Ce premier numéro est nettement à la hauteur des ambitions affichées : mise en page impeccable, photographies superbes, invités de marque pour la rédaction des chroniques … Le duo Bettane & Dessauve signe une sélection très sélective au sein des FAV (difficile de faire l’impasse en cette période) et Bernard Pivot tient la chronique les livres (difficile de m’aligner). Mais une large part est laissée à la découverte des vignerons et des terroirs, avec de nombreux reportages et portraits, notamment de beaux portrait de huits femmes vigneronnes. La revue se prolongera également sur la toile, avec un site Internet dédié où de nombreuses informations viendront compléter les articles. Et tout cela pour une somme finalement très modique. La voilà, la bonne affaire de la rentrée !

 

Terre de Vins, bimestriel, 114 pages, 5 € chez votre marchand de journaux.

 

 

Repost 0

Quel est ce blog ?

L'Œnothèque ~ Des livres et du vin ...

  • L’œnothèqueQuelques livres autour du vin : ouvrages pratiques, guides, essais, beaux livres, récits, romans, poésie, entre autres ... 
          > Voir la liste.

Contactez l'auteur.
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles publiés sur le blog.
Et n'hésitez pas à recommander ce blog !


L'abus d'alcool est dangeureux pour la santé, sachez apprécier et consommer avec modération.

Derniers Articles

  • Cherchez l'intrus
    Quelques flacons ouverts durant ce long week-end de Pâques (qui commence le Vendredi-Saint ici...). Un intrus s'y est malicieusement glissé :
  • SlowLily
    Bonjour, je vous avais sollicités récemment pour contribuer à une étude de lmarché. Merci à tous les participants à l'étude. Elle a été très utile pour affiner le concept et développer la ligne. La boutiques est désormais ouverte, à l'adresse suivante...
  • Pétition Urgente Soutien Vigneron !
    Bonjour à toutes et tous, Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or passera ce lundi 24 février en correctionnelle pour avoir refusé d'obéir à un arrêté préfectoral ordonnant de pulvériser un dangereux pesticide (qui tue les...
  • Face à la saloperie, soyons solidaires !
    C'est rare que je demande quelque chose à mes lecteurs, et vous vous en doutez bien qu'il me faut être bien indigné pour reprendre, ne serait-ce que ponctuellement, le chemin de mon blog... C'est une article des 5 du Vin, que m'a fort aimablement remayéé...
  • Participez à une étude de marché
    Une personne proche réalise actuellement une étude de marché pour l'ouverture d'une boutique en ligne. Merci de prendre quelques minutes pour y contribuer. URL du questionnaire http://www.mon-enquete-enligne.fr/index.php?sid=51571&lang=fr URL courte :...
  • Blog en sommeil...
    L'avalanche quotidienne de courriers de lecteurs dépités et de lectrices au coeur brisé me fait prendre conscience que je dois quelques mots d'explication aux milliers de fans de l'Oenothèque... N'étant pas un professionnel, ni du vin ni de l'édition,...
  • Carlo Petreni présentera sonnouveau livre vendredi à Paris
    Invitation à la conférence de présentation du livre "Terra Madre - Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation" avec Carlo Petrini, auteur du livre, fondateur et Président de Slow Food et avec Gilles Fumey, professeur des Universités de Géographie...
  • Ephéméride du 8 au 14 août
    L'arrêté du 8 août 1962 attribue le label VDQS, Vin Délimité de Qualité Supérieure, aux vin des Côtes du Vivarais (Ardèche), qui accéderont à l'AOC en 1999. La loi du 9 août 1905 soumet les grands marchands de vins de Paris à l'entrepôt obligatoire à...
  • Ephéméride du 1er au 7 août
    La nouvelle réglementation européenne viti-vinicole est mise en place au 1er août 2009. Entre autres, elle autorise l’usage de copeaux de bois pour les vins AOC en France. Plus de 100 ans auparavant, une autre loi ne résolvait pas davantage les problèmes...
  • Ephéméride du 25 au 31 juillet
    Par le traité du 25 juillet 1840, le gouvernement de la Hollande affranchit de tous droits de douanes les vins, eaux-de-vie et esprits de France en cercles. Il réduit pour les vins en bouteilles le droit d'entrée de trois cinquièmes, et de moitié pour...