Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 22:30

Collectif : Sur le zinc - Au café avec les écrivains.


« Sans les cafés, il n'y aurait pas eu Sartre » disait Boris Vian. Si le café a bien été le creuset de nombreuses créations littéraires et philosophiques, se fut tant pour capter son ambiance que pour fuir des appartements trop souvent exiguës et mal chauffés. Mais cet opuscule de la collection Folio s'intéresse plutôt au café en tant que scène, décor de l'action, voire protagoniste à part entière.


Café des habitués, parfois bousculés justement dans leurs habitudes, comme chez Franz Bartelt, parfois bousculées dans leur vie, à y perdre leur jeunesse, comme chez Patrick Modiano. Café bar d'un hôtel, celui du Nord, tant qu'à faire pour Eugène Dabit. Havre où le presqu'infatigable piéton de Paris, Léon-Paul Fargues, doit bien faire une halte pour épancher quelque soif. Café lieu de rencontre, et plus si affinité pour Emile Zola (La Curée), mais parfois sans affinité aucune, comme le mettent en scène Jean Rollin (Zones) ou Antoine Blondin (Un singe en hiver). Quinze extraits de romans, nouvelles ou poèmes, vous convient à prendre un verre en leur compagnie.



Sur le zinc - Au café avec les écrivains. Collectif. 112 pages. Éditions Gallimard - Folio. 2008. 2 €.



Repost 0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 10:16
Au moment même où je publiais cette semaine un billet  reprenant une déclaration au Sénat, associant consommation modérée de vin et santé, un article du Monde titrait "Bannir l'alcool pour prévenir le risque de cancer". Mauvaise nouvelle pour toute la filière et pour les amateurs. Il n'est plus question de tolérer, voire de conseiller jusqu'à 3 verres quotidiens pour les hommes et 2 pour les femmes. C'est l'abstinence totale qui est désormais de mise !

 

Dans une brochure, éditée pour les professionnels de santé, et mise en ligne en début de semaine, l’Institut national du cancer (INCa) fait le point sur les dernières connaissances sur les liens entre cancer et alimentation :
  • L’alcool est un facteurs fortement associé à l’apparition de plusieurs cancers : bouche, pharynx et larynx, œsophage, côlon et rectum, sein, foie. 
  • L'INCa avait précédemment déjà annoncé qu'il est impossible de définir un niveau de consommation d'alcool qui n'ait pas d'effet sur la santé. Cette fois, l'Institut va plus loin, en annonçant que le risque de cancer est significatif même en cas de consommation modérée. Par verre consommé par jour, la hausse du risque va de 9% (colon-rectum) à 168% (bouche, pharynx et larynx).  
  • Plusieurs mécanismes sont en cause. Le plus important est la production de métabolites mutagènes à partir de l’éthanol. Ce dernier est en effet métabolisé en acétaldéhyde, reconnue cancérogène. Par ailleurs, le contact direct entre l’éthanol et la muqueuse des voies aéro-digestives supérieures (bouche, pharynx, larynx et œsophage) agirait localement comme un solvant augmentant sa perméabilité aux cancérogènes tels que le tabac.

En découle la recommandation : "
La consommation d'alcool est déconseillée, quel que soit le type de boisson alcoolisée : vin, bière, spiritueux, etc. (...) L'important est de ne pas consommer d'alcool, quel qu'il soit, tous les jours. La prévention peut néanmoins rester agréable et s'accommoder d'une consommation festive occasionnelle".

Reste à savoir ce qu'est une consommation festive occasionnelle. Le verre de vin au repas dominical ou la murge du samedi soir ? Je pencherais plutôt pour la première option. Cependant, il semblerait que plusieurs médecins (dont des cancérologues) critiquent déjà sévèrement la fiabilité des études sur lequelles se base l'INCa. Ils reprochent également à l'Institut de faire l'impasse sur le rôle protecteur du vin (consommé modérément) pour le système cardio-vasculaire, et le rôle anti-oxydant des polyphénols, dont le vin (rouge surtout) est très riche. Bref, la confusion règne ...

En savoir plus :
  • Site de l'INCa.
  • Vin et santé (les études sur le vin et le cancer mentionnées sur le site datent cependant de 1999 et 2000).
  • Synthèse de l'INSERM : Alccol - Effets sur la santé (document PDF de 2001)
  • De nombreux articles dans les quotidiens et hebdomadaires ont été publiés cette semaine sur ce sujet.


Repost 0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 07:00

Non, ce n'est pas la dégustation virtuelle des Vendredis du Vin, ça ce sera pour la semaine prochaine. Il s'agit d'une newsletter hebdomadaire, à destination de ceux qui ne sont pas des adeptes de l'hyper-planification de leur week-end ... Du coup, il leur reste un peu de place pour la quantité de bons plans suggérés par cette missive : culture, loisirs, sport, bien-être, gastronomie, ... et même une rubrique œnologie !



Jean-Marie Fréchet y propose en effet chaque vendredi un vin, soit issu de son propre catalogue, soit déniché chez des confrères. Cherchant à partager sa passion du vin, son objectif est avant tout de le rendre accessible, que ce soit au travers d'événementiels, de formations (de l'initiation la dégustation aux formations à destination de professionnels), du conseil et de son activité de caviste. Pari gagné avec sa sélection hebdomadaire, proposant de belles découvertes à prix raisonnables. Le week-end n'est-il pas le meilleur moment pour partager une bouteille entre amis ou en famille ?


A la carte des premières newsletters (inscription gratuite sur www.youpicestvendredi.net) : Vinsobres du Domaine Jaume, Cru Bourgeois du Château Poitevin, Bourgogne du Domaine Noellat, Vouvray de François Pinon, Champagne brut rosé de la Maison Henriot, ...


Voir le site d'Œnolis et le blog de Jean-Marie Fréchet.



Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 14:59

«  Loin est le temps où, en 1938, l'État, par le biais du ministère de l'Agriculture, réalisait des campagnes d'affichage qui faisaient rimer « Vins de France » avec « Santé, Gaieté, Espérance »... Depuis cette époque, les effets bénéfiques d'une consommation modérée de vin ont été occultés par un amalgame avec la consommation excessive. La passion est entrée dans le débat, au point qu'il est devenu difficile aujourd'hui d'aborder ce sujet de manière scientifique, impartiale et sereine.


Affiche dessinée par Antoine Galland (1938)
 

Depuis une vingtaine d'années, les spécialistes se sont penchés sur ce qu'il est convenu d'appeler le French paradox (...)

Ces travaux démontrent que, pour une consommation modérée de vin, de l'ordre de un à trois verres par jour, la mortalité cardio-vasculaire serait de 44 % inférieure à celle des non-consommateurs. Si une consommation modérée entraîne un effet relaxant sur les vaisseaux sanguins, elle apparaît aussi avoir un effet anti-oxydant permettant d'activer le système d'immuno-défense (...)


Affiche dessinée par Leonetto Cappiello (1933)
 

Cependant, prenons garde à ne trouver que des bienfaits à la consommation d'alcool. Il convient, en effet, de rappeler qu'elle doit être raisonnable, qu'elle concerne uniquement les vins et les spiritueux, qu'elle ne doit pas être associée à l'usage du tabac et qu'il ne faut pas systématiquement conseiller au public de consommer du vin, en particulier aux jeunes, sous prétexte que celui-ci agirait comme un remède. Le message à passer (... est) d'apprendre à boire de façon raisonnable et d'être conscient des bienfaits comme des dangers potentiels de l'alcool, notamment celui de la dépendance. Faire de l'exercice physique, avoir une alimentation saine et prendre le temps de déguster un verre de vin de qualité : voilà finalement le secret d'un coeur en bonne santé et d'une grande longévité.

Nous devons être particulièrement fiers de nos viticulteurs qui produisent du vin dont la qualité est en amélioration permanente.  » 

Extrait de l'allocution d'ouverture du colloque
Vin, Santé et Alimentation, qui s'est tenu au Sénat en novembre 2002. Texte complet : http://www.senat.fr/rap/r02-286/r02-2860.html

 

Repost 0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 10:29

Crée à l'automne 1983, la revue Le Rouge & Le Blanc n'a pas déviée d'un pouce de son ambition d'alors : " (...) être au plus prêt du vin, avec un mélange (le plus juste possible) de passion dans l'approche et d'esprit critique dans l'analyse, en toute indépendance, sans complaisance injustifiable ni agressivité injustifiée." Les enjeux de l'époque sont toujours d'actualité, et prennent même une acuité nouvelle au regard des défis que la viticulture doit relever : mondialisation de l'économie du vin, crise économique, climat pré-prohibitionniste, défi écologique, nouvelles attentes des consommateurs, ... Et tout cela traité en complète indépendance, le Rouge & Le Blanc se passant de toute publicité, il est financée uniquement par son lectorat.



Au sommaire du N°91, hiver 2008/09 :
  • Saint-Julien, un regard sans complaisance…
  • Volnay 1er cru Les Champans : la puissance minérale
  • De nombreux articles sur des domaines et revendeurs remarquables
  • Un supplément spécial 25ème anniversaire consacré à la Grèce

Longue vie au Rouge & Blanc ! 

 
Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 22:56

Jules Chauvet : L’esthétique du vin.

 

Négociant-éleveur, vigneron, œnologue, chimiste, … Jules Chauvet (1907-1989) était tout cela, et bien plus encore. Avec une rare intégrité, il a consacré sa vie à défendre et à promouvoir le vin naturel, en s’appuyant autant sur des connaissances scientifiques qu’empiriques. Animé par le désir de partager son savoir, il s’est beaucoup exprimé, que ce soit lors de conférences ou au travers de ses nombreux écrits. Ces derniers sont essentiellement publiés par Jean-Paul Rocher, qui vient de compiler dans L’esthétique du vin quelques textes essentiels sur la dégustation.

 

Que l’on ne se laisse pas abuser par ce titre. Pour Jules Chauvet, la dégustation ne relève pas d’une poésie approximative, mais doit être réalisée avec rigueur et méthode. « Déguster, c’est comparer, c’est donc, à la base connaître » écrit-il. Il s’agit d’enregistrer des sensations, de les comparer, de les identifier avec précision, au prix d’un apprentissage exigeant mais gratifiant, car ouvrant au dégustateur l’accès à un « domaine où la nature se plaît à concentrer son génie ».

 

Cette approche a grandement influencé notre manière de déguster le vin. Les six textes rassemblés ici en donnent un aperçu assez complet. Si la technicité de certains passages peut le rendre un peu ardu pour les profanes, la richesse et la densité de leur contenu en font un ouvrage incontournable. On y trouve notamment : l’Essai sur l’esthétique du vin, livrant des clés inattendues de lecture du vin ; La physico-chimie des surfaces et l’arôme des vins fins, recherche à l’origine de la création du verre INAO ; L’arôme des vins fins, détaillant leur évolution au cours des stades de la vie du vin ; ou encore La dégustation des vins - Son mécanisme et ses lois, posant les fondements de la dégustation moderne.


 


 

L’esthétique du vin. Jules Chauvet. 106 pages. Jean-Paul Rocher, éditeur. 2008. 17 €.

 

 

Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 22:45

AOC Belgique garantie pour ce comic strip sur les effets comparés entre le vin  et la biere sur la philosophie masculine. Même si ce doit plus être une question de quantité que de nature du breuvage ingurgité ...
N'hésitez pas à visiter le blog de son auteur, Samsam, qui y expose ses petites BD mi-tendres mi-trashs :
samsam.over-blog.com/

 

 

Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 22:44

Le thème de cette 21ème rencontre des vendredis du vin nous fait sortir de la liste des dix premiers pays producteurs de vins. Puisqu’il faut voyager, autant aller aux antipodes ; et puisqu’il faut sortir des grands, autant aller voir un vraiment petit ! Avec une superficie inférieure à 10.000 ha et une production de 600.000 hl, la Nouvelle-Zélande représente moins d'1% du vignoble mondial. Un lilliputien, mais qui a su se faire reconnaitre au niveau international et qui croit à grande vitesse. Le nombre de domaines viticoles a presque triplé en moins de dix, faisant de la viticulture l’un des secteurs d’activité les plus dynamiques du pays. Son potentiel de développement est important, au vu des nombreux terroirs dont la qualité est encore insuffisamment exploitée.

 

Les six principales régions viticoles, aux paysages souvent magnifiques, sont :

  • Sur l’île du Nord : Northland (la plus petite, bien qu’elle ai vu les premières vignes néo-zélandaises, plantées par un évêque français en 1819), Hawkes Bay (seconde région en superficie, avec des sols très variés), Auckland et Wellington.
  • Sur l’'île du Sud : Marlborough (aujourd’hui la plus grande, bien que les premières vignes n’y aient été plantées qu’en 1973) et Central Otago (région viticole la plus au Sud du monde).

On ne sera pas surpris que cette viticulture qui adopte le plus souvent le « style international » cultive essentiellement les cépages dits « internationaux » : chardonnay (pour un quart de la superficie), riesling, pinot gris, sauvignon blanc en blanc, cabernet sauvignon, cabernet franc, merlot, syrah, pinot noir en rouge.

 

 

 

J’ai jeté mon dévolu sur un désormais grand classique néo-zélandais : un Cloudy Bay Sauvignon Blanc, millésime 2007. Cette winery, qui appartient désormais au groupe LVMH, s’est distinguée en 1985 à Londres, où ce sauvignon remporta un concours international de vins. L’image d’Epinal (ou de Wellington) à base de moutons, kiwis et rugby était à revoir, la Nouvelle-Zélande entrait désormais dans la liste des pays à prendre au sérieux aussi en matière de vin. De la matière justement, ce Cloudy Bay pourrait en apporter un peu plus. Certes son nez est très riche, offrant des fruits frais (fruits blancs, abricots, agrumes) sous sa capsule à vis. Un petit passage en carafe lui permet de développer toute cette palette aromatique et de perdre son gaz. En bouche, il offre une fraîcheur végétale caractéristique du sauvignon, voire une pointe de minéralité en finale. Globalement, un vin très plaisant, qui s’aborde aisément, pas fatiguant comme beaucoup de vins « internationaux ». Mais aussi un vin sans grande profondeur en comparaison de nombreux sauvignons de Loire, surtout dans cette gamme de prix (plus de 20 €).

 

Enfin, sans boire d’étiquette, celle du Cloudy Bay m’émeut tout de même par la sobriété et la suggestivité de son design, inspiré par les Richmond Ranges. Le site Internet de la winery (www.cloudybay.co.nz) est de la même veine. On vous demandera juste votre date de naissance et votre pays pour vous laisser entrer ou non sur le site …

 

 

Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 22:37

Collectif, sous la direction de Neil Beckett : Les 1001 vins qu'il faut avoir goûtés dans sa vie.

 

Après le must et le must have, voici qu’arrive la série des must have been, must have seen, listened, done, tasted, etc. Je m’explique, il s’agit en fait d’une série de livres des 1001 endroits où il faut avoir été, film qu’il faut avoir vus, musiques qu’il faut avoir entendues, et bien entendu vins qu’il faut avoir bus. Si l’intention de recenser plus de mille vins qui « valent le coup » est louable, le résultat ressemble beaucoup au trop-plein caractéristique de notre époque. Plutôt que de nous conduire au travers des vignes du monde, à la manière de L'atlas mondial du vin, ou encore de Vins du monde, ce pavé de plus de 900 pages nous égare dans les rayons d’un hypermarché en pleine foire au vin. Est-ce la quantité ou est-ce plutôt la mise en pages, façon catalogue, qui produit cette sensation d’indigestion ?

 

C’est dommage, car il y aurait de belles découvertes à faire dans ces linéaires. Mais tout est rangé sur un même niveau, aboutissant à un entassement de petits articles, malgré quelques fils conducteurs. Dommage aussi pour les nombreux et talentueux contributeurs : l’œnologue Neil Becket, l’équipe du magazine The World of Fine Wine, Hugh Johnson pour l’avant-propos et JP Géné, dont les articles sont toujours un délice, pour la préface française. Mais retenons surtout l’optimisme du message, s’il y a 1001 vins à goûter absolument, nous avons de quoi bien occuper notre temps !

 

 


 

Les 1001 vins qu'il faut avoir goûtés dans sa vie. Sous la direction de Neil Beckett. 960 pages. Editions Flammarion. 2008. 32 €. Edition de luxe en coffret : 45 €.

 

 

Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 23:14
François Morel, Jacques Dupont, Jean-Pierre Dieterlen : Vins du monde.


Les livres de référence sur le vin à travers le monde ne sont pas bien nombreux. Ceux qui, en plus d'avoir un contenu de valeur, se payent le luxe d'être beaux sont encore plus rares. Incontestablement, ce petit pavé en fait partie, et en plus il cumule les originalités.


Je disais « livre de référence » : les textes sont de François Morel et de Jacques Dupont, dont j'ai déjà mentionné à plusieurs reprises ici la qualité et l'intérêt des écrits. Loin de nous servir le classique répertoire des continents, pays et régions, ils nous proposent une approche thématique en 10 chapitres : des maîtres du vin aux magiciens des bulles, en passant notamment par les alchimistes, les pionniers et les poètes du terroir. Quelques 350 vins, grands noms et appellations parfois très modestes, y sont conviés, avec toujours le même respect pour les hommes et les terroirs qui les ont fait naitre, peu importe leur prestige officiel.


Je disais « beau » : les photographies de Jean-Pierre Dieterlen tranchent également avec ce que l'on voit habituellement. Ici, pas de cartes postales, ni paysages de vignes, ni portraits de vignerons. Seuls les vins (et un peu la cave Augé) sont mis à l'honneur, au travers de somptueux clairs-obscurs, images tout en sobriété et en mystère. L'ombre et la lumière y jouent subtilement avec l'épaule d'une bouteille ou l'éclat de son contenu. Les images sont valorisées par une mise en page très soignée, exploitant parfaitement le format à l'italienne et la relative petite taille du livre.



Vins du monde. François Morel & Jacques Dupont (textes), Jean-Pierre Dieterlen (photographies). 360 pages. Éditions du Chêne. 2005. 39,90 €.

Actuellement en promo éditeur à 15 €, une affaire à ne pas manquer !



Repost 0

Quel est ce blog ?

L'Œnothèque ~ Des livres et du vin ...

  • L’œnothèqueQuelques livres autour du vin : ouvrages pratiques, guides, essais, beaux livres, récits, romans, poésie, entre autres ... 
          > Voir la liste.

Contactez l'auteur.
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles publiés sur le blog.
Et n'hésitez pas à recommander ce blog !


L'abus d'alcool est dangeureux pour la santé, sachez apprécier et consommer avec modération.

Derniers Articles

  • Cherchez l'intrus
    Quelques flacons ouverts durant ce long week-end de Pâques (qui commence le Vendredi-Saint ici...). Un intrus s'y est malicieusement glissé :
  • SlowLily
    Bonjour, je vous avais sollicités récemment pour contribuer à une étude de lmarché. Merci à tous les participants à l'étude. Elle a été très utile pour affiner le concept et développer la ligne. La boutiques est désormais ouverte, à l'adresse suivante...
  • Pétition Urgente Soutien Vigneron !
    Bonjour à toutes et tous, Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or passera ce lundi 24 février en correctionnelle pour avoir refusé d'obéir à un arrêté préfectoral ordonnant de pulvériser un dangereux pesticide (qui tue les...
  • Face à la saloperie, soyons solidaires !
    C'est rare que je demande quelque chose à mes lecteurs, et vous vous en doutez bien qu'il me faut être bien indigné pour reprendre, ne serait-ce que ponctuellement, le chemin de mon blog... C'est une article des 5 du Vin, que m'a fort aimablement remayéé...
  • Participez à une étude de marché
    Une personne proche réalise actuellement une étude de marché pour l'ouverture d'une boutique en ligne. Merci de prendre quelques minutes pour y contribuer. URL du questionnaire http://www.mon-enquete-enligne.fr/index.php?sid=51571&lang=fr URL courte :...
  • Blog en sommeil...
    L'avalanche quotidienne de courriers de lecteurs dépités et de lectrices au coeur brisé me fait prendre conscience que je dois quelques mots d'explication aux milliers de fans de l'Oenothèque... N'étant pas un professionnel, ni du vin ni de l'édition,...
  • Carlo Petreni présentera sonnouveau livre vendredi à Paris
    Invitation à la conférence de présentation du livre "Terra Madre - Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation" avec Carlo Petrini, auteur du livre, fondateur et Président de Slow Food et avec Gilles Fumey, professeur des Universités de Géographie...
  • Ephéméride du 8 au 14 août
    L'arrêté du 8 août 1962 attribue le label VDQS, Vin Délimité de Qualité Supérieure, aux vin des Côtes du Vivarais (Ardèche), qui accéderont à l'AOC en 1999. La loi du 9 août 1905 soumet les grands marchands de vins de Paris à l'entrepôt obligatoire à...
  • Ephéméride du 1er au 7 août
    La nouvelle réglementation européenne viti-vinicole est mise en place au 1er août 2009. Entre autres, elle autorise l’usage de copeaux de bois pour les vins AOC en France. Plus de 100 ans auparavant, une autre loi ne résolvait pas davantage les problèmes...
  • Ephéméride du 25 au 31 juillet
    Par le traité du 25 juillet 1840, le gouvernement de la Hollande affranchit de tous droits de douanes les vins, eaux-de-vie et esprits de France en cercles. Il réduit pour les vins en bouteilles le droit d'entrée de trois cinquièmes, et de moitié pour...