Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 01:24
James Turnbull : La cave et le vin.
 
Des quatre lieux où nait, grandit, mature et finalement meurt le vin, la vigne, le chai, la cave et la table, l’amateur n’est responsable que des deux derniers. Si l’on écrit beaucoup sur le service du vin, les bons accords avec les mets, ... etc., la cave est moins investie par les auteurs. Le plus souvent, elle est abordée sous l’angle de son contenu. La majeure partie des livres sont consacrés à la constitution d’une cave, parfois «  idéale » en fonction de ses goûts, habitudes de consommation et de son budget. Mais cet « idéal » sort rarement des sentiers battus, restant souvent captif du « bon gout » de l’époque.
 
Et pourtant, quel lieu magique que la cave d’un amateur éclairé. Descendre l’escalier qui y mène déclenche toujours un frisson, mélange du plaisir anticipé des découvertes et de l’effet de la fraîcheur du lieu. Même la vue d’une armoire de conservation provoque son petit émoi. Parmi les quelques livres intéressants sur le sujet, figure La Cave et le Vin de James Turnbull. Un menu très complet, où figurent notamment : l’évolution de la cave et des modes de conservation des vins au travers des âges, les caves contemporaines, les caves de quelques grands châteaux et domaines, les matériaux de construction (du tuffeau au béton) et leurs propriétés, des conseils pour l’aménagement de sa cave, avec notamment les adresses de nombreux fournisseurs en matériaux et équipements.
 
caveetvin.jpg
La cave et le vin – Aménagement, équipement et service du vin. James Turnbull. 
142 pages. Editions Eyrolles
. 1995. Entre 10 et 20 € en occasion.
 
Mise à part les pages consacrées aux technologies (armoires, climatiseurs, logiciels, ...) il n’y a pas d’innovations qui rendent caduc ce livre âgé de 12 ans. Les règles de bonne conservation et de bonne gestion restent immuables. Ce sont peut-être les rapides innovations technologiques, poussées par les évolutions des modes de consommation et les contraintes et les contraintes de nos habitations (qui a encore une cave enterrée, bien orientée, au sol parfaitement drainé, à la température et à l’hygrométrie idoines ?) qui ont conduit la Revue des Vins de France à éditer deux hors-séries sur le thème de la cave en à peine un an ?
 
Quelles innovations ? L’arrivée depuis 2000 des grandes marques de l’électroménager sur le marché des armoires à vin (avec souvent des produits très moyens) à conduit les spécialistes à proposer des produits de plus en plus pointus en termes de fonctionnalités et de design. Le dernier exemple en date est le SoWine d’EuroCave, véritable petite révolution dans son domaine. SoWine n’est pas une armoire de conservation, mais une micro-armoire de dégustation, qui trouvera sa place entre la Nespresso et le Kitchen Aid. Il ne conserve que deux bouteilles, qu’il maintien à des températures distinctes et surtout sous vide d’air, ce qui permet de conserver et de consommer des bouteilles entamées sur deux semaines.
 
Au niveau des logiciels de gestion de la cave, il y a également des évolutions. Un comparatif des outils du marché s’avère très utile, tant les produits sont divers avec des fonctionnalités qui ne se recoupent pas. D’après l’étude de la RVF, le plus complet est également le moins cher, puisque ... gratuit, en téléchargement libre, prouvant encore, si besoin était, l’intérêt du modèle open source. Il s’agit de Open Cellar que je vais tester de mon côté, n’hésitez pas à partager votre point de vue sur cet outil.
 
Les articles de ce nouveau hors-série de la RVF ne recoupent donc que partiellement les thèmes traités dans le précédent. Ensemble, ils donnent un très bon éclairage sur les choses à faire et à éviter, les vraies astuces et les contre-vérités, pour bien conserver ses bouteilles et se garantir ainsi un plaisir durable, que l’on aménage une cave préexistante ou que l’on créé une luxueuse cave-vitrine.
 
RVFHS2007.jpg
Hors-série de nov. 2007 de la RVF. 140 pages. 7,30 €
Il est toujours possible de se procurer celui datant de nov 2006.
 
Le livre La Cave et le Vin est épuisé, mais vous pouvez également lire deux excellents ouvrages, signés Philippe Faure-Brac, Meilleur Sommelier du Monde en 1992. La Cave idéale vise à donner des conseils sur l’achat, la conservation, le service et la dégustation du vin. Le livre de cave doit quant à lui permettre de gérer, d'organiser les achats, les rangements et la consommation.
 
lelivredecave.jpg     caveid--ale.jpg
 
Le livre de cave et La cave idéale. Philippe Faure-Brac. 144 pages chacun.
 EPA Editions. 1998. 34,90 € pour un coffret des deux livres, 25,50 € à l’unité.
 
 
Repost 0
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 12:48
François Morel : Les objets de la vigne et du vin.
 
L’outil, prolongement de la main de l’homme, donc de son intelligence (si l’on suit Aristote pour qui l’homme est doté d’une main par ce qu’il est intelligent), donne à qui l’étudie des renseignements sur le mode de vie de la civilisation où il est employé. Il y a-t-il une civilisation du vin ? Oui, si l’on en croit les nombreux témoignages de l'importance du vin au cours de l'histoire des hommes. Depuis plus de six millénaires, la vigne et le vin ont marqué de leur empreinte l’environnement et les pratiques humaines dans de nombreux domaines (économie, commerce, mythologie, religion, art, sociologie, médecine, alimentation, …), contribuant ainsi à élaborer un type de société et un art de vivre qui transcende les distances. Les objets utilisés dans le cadre du travail de la vigne et du vin sont donc d’inestimables marqueurs de l’unité de cette civilisation.
 
Les objets de la vigne et du vin sont très heureusement abordés dans un sens très large : ustensiles et outils bien sûr, mais aussi objets de conservation (tonneaux, bouteilles, …) ou supports de communication (de l’art aux étiquettes ou à la publicité). Nombre d’entre eux sont issus de musées et de collections particulières disséminés au travers du monde, organisés ici par thématique : viticulture, vendange, vinification, élevage, tonnellerie, commerce, service du vin, communication. Cette organisation thématique permet également d’aborder l’ensemble des métiers qui complètent celui du viticulteur. La beauté de ces objets, souvent polis et marqués par les mains qui les ont utilisés, est remarquablement mise en valeur par les photos. Le travail documentaire est très riche et complet, éclairant les usages et le contexte de l’utilisation de ces objets. En ressort également une grande unicité des gestes du travail de la vigne et du vin au travers du temps et de l’espace.
 
 objetsvignevin.jpg
 
Les objets de la vigne et du vin. François Morel. 225 pages. Editions de Borée. 2007. 39,90 €.
 
Autres livres remarquables de François Morel : Le Livre des vins insolites (prix Grand Cru de Saumur, Flammarion 2000), Les crus et le cuit (80 recettes originales au vin, Fleurus 2006) et Le voyage insolite de l’amateur de vin (Kubik 2006).
 
 
Repost 0
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 16:52
François Desgrandchamps, Matthieu Garçon : Littérature et gourmandise.
 
Vous vous souvenez de la madeleine de Proust ... Combien de fois, à la lecture d’un passage évoquant un plat, ne vous êtes-vous langui de ne pouvoir partager les émotions gustatives des personnages ? Celles-ci vous sont désormais accessibles, grâce à François Desgrandchamps. Son idée : explorer la littérature française sous l’angle gastronomique et créer une quarantaine de recettes s’inspirant des pages les plus gourmandes.
 
Outre la madeleine précitée, Littérature et gourmandise ne néglige aucun genre : amuses-bouche, roman, entrées, poésie, plats principaux, essai, desserts, ... On ne sera pas surpris de trouver deux recettes de Brillat-Savarin, pas plus que la blanquette de veaux qu’appréciait le commissaire Maigret, ou un rôti de porc moutarde que s’enfila Pantagruel. Aucune référence par contre à Salammbô, roman où l’on festoie beaucoup, mais Flaubert, pour qui il fallait « à boire et à manger à chaque page » est tout de même bien représenté, au travers d’un roastbeef de Bouvard et Pécuchet et d’une soupa à l’oignon bovaryste. Plus près de nous, on trouvera un canard rôti aux navets, échappé de Vipère au poing, ou des paupiettes mijotées par un Singe en hiver, roman où l’on boit sans-doutes autant que l’on mange.
 
Sophistiquées, canailles, ou encore très simples comme ces frites du Premier homme (des vraies, cuites en deux bains), les recettes s’accompagnent d’un extrait de chaque ouvrage, ainsi que des photos de Matthieu Garçon  qui retranscrivent subtilement l’atmosphère des livres. Certes, tout cela manque un peu de vin, mais voilà une très belle idée cadeau pour tous les amateurs de belles lignes et de bonne chère.
 
litt--raturegourmandises.jpg
 
Littérature et gourmandise. François Desgrandchamps, Matthieu Garçon. 200 pages. Editions Minerva. 2007. 45 €.
 
 
Repost 0
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 16:47
Tout ce qu’il faut savoir sur le vin.
 
Ce premier décembre me rappelle que 2008 approche à grands pas. Il est d’ailleurs grand temps que j’écrive un article sur l’un des nombreux livres écrits à l’occasion du centenaire de la révolte des vignerons du Midi ... Ce sera ma bonne résolution de fin d’année. Celle-ci en vaut une autres. Si parmi celles que vous projetez pour 2008 figure celle de vous alimenter quotidiennement d’un petit verre de connaissances œnologiques, alors ce calendrier pourrait vous y aider.
 
A chaque jour vous trouverez une information sur une région, une appellation, un cru, un cépage, un domaine, un point d’histoire ou de culture. Certes, elles ne sont pas toujours très approfondies, mais ce calendrier vise des objectifs plus ludiques et hédoniques qu’académiques. Comment peut-il en être autrement dans une série comprenant une vingtaine de titres, consacrés notamment au Dalaï-Lama, au foot, à l’humour (l blague du jour …), au Sudoku (une grille par jour …) ou encore à la cuisine (avec, vous l’aurez deviné, une recette par jour) ?
 
toutcequilfautsavoir.jpg
 
Tout ce qu’il faut savoir sur le vin. Calendrier 2008. Editions 365. 12,90 €.
 
 
Repost 0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 08:20
Vision cauchemardesque de l’avenir des modes de consommation du vin, ou simple gag publicitaire ? En tous cas, la vidéo est fort bien faite, excellente parodie du télé-achat. Je n’ai par contre pas testé le site marchand 1 Jour 1 Vin. Donnez-moi votre avis.

 

 

 

Repost 0
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 18:34
Revue Number Wine
 
Saluons l’arrivée d’une nouvelle venue dans l’univers des publications sur le vin. Dans la mouvance des petits magazines ciblant délibérément le lectorat des jeunes cadres urbains, voici Number Wine. Bimestriel, gratuit et distribué dans un petit nombre d’endroits sélectionnés (aéroports, hôtels, certains cavistes, ... avec une formule d’abonnement) celui-ci se décline en une version française et une version anglaise.
 
Bien que l’équipe rédactionnelle soit franco-américaine, le style est bien anglo-saxon, hédonisme et humour étant bien au rendez-vous. Les articles sont assez légers, plaisants, souvent un peu brefs, sur des sujets qui auraient parfois mérités d’être un peu approfondi. Le positionnement est cependant moins d’approfondir que l’élargir l’horizon : les vignobles du nouveau monde sont aussi représentés que les européens, les nouveaux modes de consommation du vin sont explorés, les bars à vins présentés sont à Paris, Los Angeles ou à l’Ile Maurice. L’objectif, louable en cette période de crise viticole, étant d’amener le lectorat à découvrir et à explorer sans a priori le monde du vin.
 
Le sommaire de ce premier numéro est en droite ligne avec sa ligne éditoriale : « a magazine about wine and pleasure ». Ces pleasures incluant whiskies et autres spiritueux. Au sommaire de ce numéro d’octobre / novembre, donc : Volnay, le vin et le rugby, les vins du Chili, et de nombreux autres articles, reportages, interviews et quizz. Souhaitons à Number Wine de nous offrir beaucoup de plaisir !
 

nwineoct2007.jpg

 
 
 
Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 07:40
Claude Chapuis : Le chemin des vignes
 
Né au sein d’une famille vigneron d’Aloxe-Corton, Claude Chapuis a déjà consacré plusieurs ouvrages aux vins de Bourgogne et à cette appellation en particulier. Il anime régulièrement une chronique sur une radio locale, chronique dont est issue la matière première de cet ouvrage. Si le sous-titre « Tout ce qu’on ne vous a pas encore dit sur les vins de Bourgogne » peut paraître un peu prétentieux, le texte dévoile, à l’inverse, un homme très humble devant la nature et ceux qui y travaillent souvent durement pour nous en livrer les fruits.
 
Claude Chapuis soulève pour nous un pan du voile qui derrière lequel opèrent les mystères du vin, issu de l’union de la terre, de la vigne et de l’homme. Il en évoque avec verve et poésie de nombreux aspects. La terre et les paysages bourguignons tout d’abord, qu’il rend presque palpable sous nos yeux, de la douceur des printemps aux rudes gelées des hivers. Ce sont également les cabottes, ces cabanes de pierre qui ponctuent les coteaux et que l’on a parfois rasées pour planter quelques ceps de plus.
 
Puis c’est au tour des fils du terroir que sont les cépages. Pinot noir et Chardonnay sont bien entendu de la partie. Mais d’autres cépages sont également présents : l’aligoté tout d’abord, auquel il faut rendre justice ; le pinot-beurot dont le nom n’est pas issu d’un hypothétique goût de beurre mais dérive de la bure des moines ; ainsi que le pinot blanc ou encore le melon.
 
Du moine vigneron au vigneron manager d’aujourd’hui, qu’ils se basent sur des dictons ou se fassent assister par leur ordinateur (voire les deux en même temps), l’histoire et le labeur des hommes est le thème de prédilection de Claude Chapuis. Une histoire à réécrire sans cesse, de millésime en millésime, où le succès n’est jamais acquis. Une histoire où compteront toujours l’écoute et la compréhension de ce que le terroir, le climat et la vigne se disent.
 
Se déroulant telle une conversation amicale, avec une grande simplicité de ton et une humilité devant son sujet, ce petit livre n’en contient pas moins une somme de connaissances. On y croise Voltaire (grand amateur de Cortons), Lamartine et Vincenot autant que d’anonymes vignerons, courtiers et négociants. Voilà bien un livre de garde, non seulement pour les amateurs de Bourgognes, mais aussi pour tous ceux qui veulent parcourir le chemin des vignes avec un guide éclairé. 

chemindesvignes.jpg

Le chemin des vignes
. Claude Chapuis. 128 pages. Editions de Bourgogne. 2006. 14,50 €.
 
 
Repost 0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 20:01
Maxime Bucciarelli : Histoire des vins de Moselle
 
« Fleuve riche en coteaux que parfume Bacchus ». C’est en ces termes qu’Ausone, poète et consul bordelais du IVème siècle (l’un des deux Saint-émilions 1er Grands Crus classés A porte son nom), décrit la Moselle. Or, force est de constater que les vins français de la vallée de la Moselle ne jouissent aujourd’hui pas d’une grande réputation. A l’inverse, les rieslings allemands de Mosel-Saar-Ruwer figurent parmi les meilleurs au monde. Quant aux vins des coteaux luxembourgeois de la Moselle, ils ont été chantés entre autres par Jacques Brel et Nino Ferrer. Cet ouvrage vient à point pour réparer cette injustice. 

Contz.jpg 

Le vignoble mosellan à Contz-les-Bains
(photo Maxime Bucciarelli)

 
L’histoire n’a en effet pas épargné cette région, et sa viticulture en a largement fait les frais. Pourtant, elle connut des périodes très fastes, depuis l’arrivée des premiers ceps de vignes avec l’armée romaine, dès le IIIème siècle. La topographie de la vallée de la Moselle est en effet très propice à la vigne, et cela malgré sa position très septentrionale. Succession de coteaux bien orientés, géologie idoine (couches marno-calcaires en-dessous de sols graveleux et argileux), protection des gelées grâces aux brumes du fleuve. Enfin, le cours régulier de la Moselle en faisait alors un axe préféré au Rhin, bien plus capricieux. Trèves, capitale de l’Empire Romain d’Occident, et Metz, doivent très certainement leur prospérité à la proximité d’un vignoble de renom. Celui-ci survécut aux invasions barbares, et contribua à décider en l’an 511 Théodoric, beau-frère et opposant de Clovis, à choisir Metz comme capitale de l’Austrasie. Son royaume comprenait notamment l’Alsace, la Champagne et la Rhénanie, montant jusqu’aux actuels Pays-Bas.
 
Le clergé a joué un rôle clé durant la période Mérovingienne pour le maintien de l’unité du royaume. Les évêques se devaient d’avoir une bonne cave afin de recevoir dignement le roi et les hauts-dignitaires du royaume ; de là date la tradition du vin d’honneur. Pour cela, ils entretenaient souvent un vignoble de qualité. A partir de la fin du VIème siècle se sont développés monastères et abbayes. Source de revenus, mais aussi symbole du sacrifice de Jésus, le vin faisait alors l’objet d’efforts qualitatifs croissants. L’ère de Charlemagne vit un développement sans précédent du commerce fluvial. Les vins de Moselle en profitèrent largement. L’intérêt porté par l’Empereur est surtout connu en France au travers de son legs d’un fameux vignoble bourguignon au monastère de Saulieu. Mais il fit aussi planter de la vigne en de nombreux endroits, dont Guentrange à proximité de Thionville. 
 
L’aventure se poursuivra jusque vers le second tiers du XIXème siècle. Le vin de Moselle, apporté dans ses bagages par Charles, cardinal de Lorraine, fut déclaré « Roi des vins » lors du concile de Trente. Il faisait alors une très forte concurrence aux clairets bordelais sur le marché anglais. Henri II jugea les vins « rinoys » (de Moselle et d’Alsace) équivalents aux vins de France et les paya au même prix. Cette concurrence se renforça avec la Guerre de Cent ans (1337-1453) entravant l’exportation des vins de Bordeaux. La recherche de meilleurs rendements va cependant conduire à réduire la qualité. L’exode huguenot qui suivi la révocation de l’Edit de Nantes (3.000 Messins ont alors fui à l’étranger) et la Guerre de Trente ans accentueront ce mouvement, malgré la réaction du parlement de Metz qui mit en place une règlementation s’apparentant déjà à celle des AOC.
  

Nels-105-043--Vigneron-Arches.jpg

Deux cartes anciennes, extraites du livre, montrant la vigne plantée "en foule"

Nels-Metz-105-036-le-arches-entre-Ancy-et-Ars.jpg


Après la Révolution de 1789 la bourgeoisie va progressivement investir dans le vignoble, privilégiant des vins plus corsés aux clairets produits jusque-là. Le peuple va également s’approprier la vigne en fonction des moyens dont il dispose. La vigne se développe à nouveau, avec 5.000 hectares recensés en 1802 et 6.000 en 1878, au moment de l’annexion allemande. Avec un climat et des cépages équivalents à ceux de la Champagne, la Moselle intéressa alors fortement l’industrie allemande des vins pétillants ou Sekt. Manquant de matière première, elle importa massivement les moûts mosellans. Plusieurs maisons allemandes, mais aussi champenoises (dont Roederer ou encore Mercier) installèrent des succursales en Moselle. Des maisons lorraines lancèrent avec succès leur propre marque. 
   undefined

L’offre avait du mal à suivre la demande. Il fallut la tragique invasion du phylloxéra pour ravager progressivement le vignoble. Des premiers signes visibles dès 1873 à sa maitrise en 1917, plus de 4.400 hectares de vigne ont été détruits. S’y sont ajouté les destructions de la Grande Guerre puis le départ des Allemands en 1818, coupant le vin de Moselle de son principal marché. L’administration française n’était alors pas pressée d’offrir un marché de substitution à ces vins issus de la « Sibérie française » alors qu’il y avait une production massive de vins du Midi et d’Afrique du Nord à écouler. Un autre facteur accélérant le déclin du vignoble mosellan fut le développement croissant du tissu industriel, notamment autour du bassin minier, requérant force main d’œuvre. Au-delà de cette histoire aux nombreuses péripéties, Maxime Bucciarelli conte également le labeur quotidien des vignerons, ainsi que la variété et les histoires des nombreux cépages qui furent utilisés, tout cela richement documenté et illustré (l’auteur est aussi collectionneur de cartes postales anciennes).
 
Et aujourd’hui ? Le vignoble mosellan connait une véritable renaissance. Une poignée de vignerons ont fait un travail qualitatif sur plusieurs décennies, ayant notamment permis un classement en VDQS (Vin Délimité de Qualité Supérieure). Trois secteurs sont concernés : la rive gauche de la Moselle (9 villages), la rive droite (4 village) et la région de Vic-sur-Seille (où habita le peintre Georges de La Tour). L’encépagement est constitué de Riesling, d’Auxerrois, de Gewürztraminer, de Pinot Blanc, Gris, Rouge ou Meunier, de Müller-Turgau (cépage allemand que l’on ne trouve pas ailleurs en France), et de Gamay (qui intervient dans la fabrication du vin gris). Les vins sont friands, nerveux ou tendres, assez typiques des zones septentrionales tempérées. Ils séduisent par leur fraicheur et leur fruité, accompagnant avec bonheur la cuisine régionale. Les viticulteurs mosellans (dont la plupart sont présentés dans le livre) sont tous engagés dans une démarche de valorisation de leur terroir, passant par une recherche constante d’amélioration de la qualité.
 
Puisse ce livre vous donner envie de découvrir ou de redécouvrir l’un de ces vins de Moselle qui faisait chanter Brel ! 

vinsdemoselle.jpg
Histoire des vins de Moselle
. Maxime Bucciarelli. 200 pages. Serge Domini Editeur. 2006. 45 €. 
 
L'édition est de seulement 1.500 exemplaires. Le livre est n'est donc pas distribué très largement, mais vous pouvez le trouver sur le site de la Fnac. Si vous voulez en savoir plus sur la Moselle et sa gastronomie, n'hésitez pas à consulter le site de l'Office du tourime de la Lorraine, les pages consacrées à la gastronomie sont très complètes.

Repost 0
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 22:03
Luc-Olivier Pierre : Magie d’un vignoble – Sancerre
 
Le vin de Sancerre monte tout de suite au palais, on n’a pas besoin de l’interroger. Cette maxime démontre bien le caractère trempé de ces viticultures, riches d’une histoire plus que bimillénaire où ils ont plus d’une fois fait preuve d’audace face au pouvoir central. Déjà occupés par les Bituriges qui ont fait du piton de Sancerre l’une de leur place forte, les bords de Loire sont rapidement cultivés de vigne, comme en attestent des écrits de Pline l’ancien (23-79 après J.-C).
 
Les siècles qui suivirent ne furent qu’une succession de périodes fastes, permettant à la vigne de prospérer et au vin de rayonner, et de périodes moins agréables, où dominèrent peste, invasions et barbaries en tous genres. Mais toujours les vignerons, qu’ils soient moines ou laïques s’en relevèrent et reprirent leur ouvrage. Et cela pour le plus grand bonheur des amateurs de l’inimitable bouquet de pierre à fusil des sancerres blancs (cépage sauvignon), ou encore du fruité des sancerres rouges ou rosés (pinot noir, n’oublions pas que nous sommes déjà à proximité de la Bourgogne).
 
Sancerre et le sancerrois sont présentés ici sous toutes leurs coutures, l’histoire bien entendu, mais aussi les terroirs, les traditions encore bien vivaces autour de la viticulture (comme les confréries ou les fêtes), ou encore la dégustation et même des conseils culinaires. Au travers de cet ouvrage richement documenté, Luc-Olivier Pierre rend avant tout hommage aux femmes et aux hommes qui ont fait de cette appellation ce qu’elle est aujourd’hui : des anonymes qui se sont battus à un contre dix lors du siège de Sancerre en 1573, à ceux qui ont monté l’AOC. Enfin, un chapitre entier est consacré aux viticulteurs actuels, village par village, avec également toutes les adresses. Un ouvrage très complet qui fleure bon la pierre à fusil, provoquant juste un petit regret : les spécificités de chaque viticulteur (ou au-moins des principaux) auraient mérité d’être présentées.  


Magie d’un vignoble – Sancerre . Luc-Olivier Pierre. 176 pages. 
Editions de la Courrière. 2004. 29 €.
 
L’ouvrage est illustré de nombreux documents anciens et de photographies actuelles. En complément, n’hésitez pas à visiter le blog de Pierre Mérat qui y expose de superbes photos du vignoble sancerrois.
 
NB : le titre de l’article est un emprunt à Pierre Dac.

Repost 0
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 15:40
Thierry Tahon : Petite philosophie de l’amateur de vin.
 
Appliquer la philosophie aux défis du quotidien, et ainsi lui donner tout son sens, voilà l’ambition que se donnent les éditions Milan au travers leur collection « Pause Philo » déjà riche de plus d’une quinzaine de volumes. Prenant comme point de départ un dîner-dégustation ou encore la fête du Jurançon à Monein, Thierry Tahon convoque Platon, Leibniz, Nietzsche et bien entendu Michel Onfray (dont on relira avec un œil nouveau La sculpture de soi), pour interroger notre relation au vin.
 
Entre hédonisme et raison, cette Petite philosophie s’articule autour de trois axes de réflexion : « Déguster », montrant comment le vin peut être tant source de bonheur que d’anxiété, « S’enivrer », explorant cette zone fragile et ténue où la raison s’éloigne mais où l’ivresse n’a pas encore pris ses droits, « Rêver », balayant par divers angles l’univers fantasmagorique, mais aussi la réalité économique du vin
 
L’intérêt évident de ce livre est de nous donner du champ sur un sujet déjà largement balayé sous tous ses angles, une mise en perspective originale, tout en étant largement abordable pour le néophyte en philosophie. Nos représentations du vin sont en effet largement expérientielles, quand elles ne sont pas dominées par des maitres à penser souvent autoproclamés. Ces fameux guides par exemple, dont la lecture comporte bien plus d’implications qu’il n’y paraît à première vue : en nous disant quoi ressentir à la dégustation de tel ou tel vin, ne nous enferment-ils pas dans un double paradoxe ? Le plaisir de la découverte est annihilé puisque nous savons par avance ce que le vin a à nous dire, et pour autant, l’amateur ne peut que s’angoisser s’il ne retrouve pas les arômes promis par l’expert.
 
En décryptant la part objective et la part subjective, en distinguant besoin, désir et plaisir, à partir toujours de sa propre expérience, donc un peu les nôtres, Thierry Tahon s’applique à démonter les mécanismes à l’œuvre. Autant d’invitations à approfondir ensuite ces thèmes avec les nombreux auteurs cités.
 

petitephilo-copie-1.jpg


Petite philosophie de l’amateur de vin
. Thierry Tahon. 200 pages. Editions Milan, collection Pause Philo. 2005. 15 €.
 
Pour les passionnés d’ovalie, signalons que Thierry Tahon est déjà l’auteur d’une Petite philosophie du rugby dans la même collection. Multirécidiviste, il vient également de publier une Petite philosophie de l'amateur de cuisine.

Repost 0

Quel est ce blog ?

L'Œnothèque ~ Des livres et du vin ...

  • L’œnothèqueQuelques livres autour du vin : ouvrages pratiques, guides, essais, beaux livres, récits, romans, poésie, entre autres ... 
          > Voir la liste.

Contactez l'auteur.
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles publiés sur le blog.
Et n'hésitez pas à recommander ce blog !


L'abus d'alcool est dangeureux pour la santé, sachez apprécier et consommer avec modération.

Derniers Articles

  • Cherchez l'intrus
    Quelques flacons ouverts durant ce long week-end de Pâques (qui commence le Vendredi-Saint ici...). Un intrus s'y est malicieusement glissé :
  • SlowLily
    Bonjour, je vous avais sollicités récemment pour contribuer à une étude de lmarché. Merci à tous les participants à l'étude. Elle a été très utile pour affiner le concept et développer la ligne. La boutiques est désormais ouverte, à l'adresse suivante...
  • Pétition Urgente Soutien Vigneron !
    Bonjour à toutes et tous, Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or passera ce lundi 24 février en correctionnelle pour avoir refusé d'obéir à un arrêté préfectoral ordonnant de pulvériser un dangereux pesticide (qui tue les...
  • Face à la saloperie, soyons solidaires !
    C'est rare que je demande quelque chose à mes lecteurs, et vous vous en doutez bien qu'il me faut être bien indigné pour reprendre, ne serait-ce que ponctuellement, le chemin de mon blog... C'est une article des 5 du Vin, que m'a fort aimablement remayéé...
  • Participez à une étude de marché
    Une personne proche réalise actuellement une étude de marché pour l'ouverture d'une boutique en ligne. Merci de prendre quelques minutes pour y contribuer. URL du questionnaire http://www.mon-enquete-enligne.fr/index.php?sid=51571&lang=fr URL courte :...
  • Blog en sommeil...
    L'avalanche quotidienne de courriers de lecteurs dépités et de lectrices au coeur brisé me fait prendre conscience que je dois quelques mots d'explication aux milliers de fans de l'Oenothèque... N'étant pas un professionnel, ni du vin ni de l'édition,...
  • Carlo Petreni présentera sonnouveau livre vendredi à Paris
    Invitation à la conférence de présentation du livre "Terra Madre - Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation" avec Carlo Petrini, auteur du livre, fondateur et Président de Slow Food et avec Gilles Fumey, professeur des Universités de Géographie...
  • Ephéméride du 8 au 14 août
    L'arrêté du 8 août 1962 attribue le label VDQS, Vin Délimité de Qualité Supérieure, aux vin des Côtes du Vivarais (Ardèche), qui accéderont à l'AOC en 1999. La loi du 9 août 1905 soumet les grands marchands de vins de Paris à l'entrepôt obligatoire à...
  • Ephéméride du 1er au 7 août
    La nouvelle réglementation européenne viti-vinicole est mise en place au 1er août 2009. Entre autres, elle autorise l’usage de copeaux de bois pour les vins AOC en France. Plus de 100 ans auparavant, une autre loi ne résolvait pas davantage les problèmes...
  • Ephéméride du 25 au 31 juillet
    Par le traité du 25 juillet 1840, le gouvernement de la Hollande affranchit de tous droits de douanes les vins, eaux-de-vie et esprits de France en cercles. Il réduit pour les vins en bouteilles le droit d'entrée de trois cinquièmes, et de moitié pour...