Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 21:34
Bernard Pivot : Le Dictionnaire Amoureux du Vin
 
La passion dévorante et contagieuse de Bernard Pivot pour la littérature nous avait apostrophés depuis longtemps. On le savait créateur de dictées à faire trembler un académicien. Et les habitués des terrains de football savent également ses élans pour le ballon rond. Mais on le connaissait moins en amoureux du vin. Plus que ça, voilà un auteur engagé dans la défense du bon, du beau, du vrai. Car comme il l’écrit dans son avant-propos : “Le vin, c’est de la culture. La culture de la vigne, mais aussi de la culture pour l’esprit”. Et c’est un bouillon bien agréable de cette culture pour l’esprit qu’il nous sert au travers de son dictionnaire !
 
Dans la rivalité des vignobles, Bernard Pivot choisit nettement son camp. Bourguignon ! Et plus précisément Beaujolais. Mais attention, point du nouveau, qu’il ne porte pas en son cœur, mais celui des 10 crus qu’il nous servirait volontiers en autodictée. Pour autant, l’homme n’est pas sectaire. Il laisse bien entendu parler son cœur pour évoquer Quincié-en-Beaujolais, où son frère est vigneron. Mais Ausone, Chasse-Spleen et Yquem bénéficient de remarquables articles. Plus largement, tous les vignobles sont à la fête, du Bordelais aux Côtes du Rhône, du Languedoc-Roussillon à l’Alsace, du Val de Loire aux regrettés crus d’Ile-de-France. Le Champagne, qui se déguste avant, pendant et après l’amour, n’est bien entendu pas en reste, fidélité familiale au Dom Pérignon oblige. Car en matière de vin, Bernard Pivot sait faire preuve d’autant d’ouverture d’esprit qu’en matière de livres.
 
De l’Amour et le vin à Zinc, en passant par Cave, Capitaine Haddock (n’est-ce pas un buveur de whisky ?), Œnologues, Paf, Terroir ou Voltaire ... Au fil de la bonne centaine d’entrées qui composent ce Dictionnaire amoureux, à lire dans l’ordre, le désordre ou l’aléatoire le plus complet, Bernard Pivot nous invite à une ballade joyeuse et érudite dans le monde du vin. En une conversation amicale, parfois savante mais jamais pédante, il alterne grande et petites histoires, nous faisant également partager quelques anecdotes savoureuses. Son premier reportage au Château Yquem ... Comment Charles Bukowsky a mis le bazar dans son émission après avoir descendu quelques (!) bouteilles de Sancerre ... Ou encore la bonne réaction à avoir pour éviter un incident diplomatique quand un Chancelier vous sert un Riesling “bouchonné jusqu’à l’os” ...
 
dicoamoureux2.gif
 
Le Dictionnaire Amoureux du Vin. Bernard Pivot. 480 pages. Plon. 2006. 26 €.


Repost 0
8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 14:57
La Légende des Cépages (collectif).
 
L’ampélographie (nom savant donné à l’étude des cépages) est une science qui se sophistique, n’hésitant pas à utiliser des technologies pointues, notamment les analyses ADN pour reconstituer l’histoire et retrouver l’origine des cépages. C’est ainsi que tombent certains mythes, dont celle de l’origine romaine des cépages du Valais Suisse. A partir de là, pourquoi ne pas recréer de toutes pièces des mythes modernes sur la provenance de nos cépages ?
 
Cette idée originale a été mise en pratique par l’équipe de RomanDuVin.ch. Ce site helvète, managé par Alexandre Truffer et entièrement dédié aux vins de la Suisse Romande, a ainsi fait appel à des plumes au moyen d’un concours littéraire. Après une sélection rigoureuse et une vinification soignée, le cru est de bonne tenue, assemblage de 10 cépages connus ou plus confidentiels, bénéficiant chacun d’une nouvelle ou d’un conte dédié.
 
Le Merlot nous entraine dans une rêverie archéologique égyptienne, tandis que, mal aimé, le Malbec voit son sort amélioré par l’entremise d’une paire de chaussures au regard moins lassé que ses consœurs. L’Altesse nait de la méprise d’un Prince et de la grâce de Dionysos, alors que le Cornalin voit le jour par la patiente pénitence d’un moine pêcheur. Et c’est l’égarement d’une petite fille dans une vallée interdite qui révèle la Petite Arvine aux hommes. Plant Robert, Garanoir, Païen, Freiburger et Pinot Noir se déclinent également en autant d’histoires originales. Chaque cépage donne de plus lieu à une page explicative sur son histoire et ses spécificités.
 
Un recueil tout en finesse, où les auteurs ont su joliment associer vin et littérature, « deux passeports pour le voyage et le rêve ».
 
legendedescepages3.jpg 
 
La Légende des Cépages. Ouvrage collectif. 95 pages. Editions à la Carte. 2006. Distribué via le site de RomanDuVin.ch au prix de 25 CHF ou 20 € (port compris).
Repost 0
8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 14:49
Galatée Faivre : Divine Ivresse
 
Le vin, qui devrait être plaisir, plaisir des sens, de la découverte, de la convivialité, est aujourd’hui trop souvent connecté à des sentiments de peurs : de ne pas savoir, de se tromper, de devenir malade ou ivrogne, ... la liste est longue. Ce constat désolant a fait réagir Galatée Faivre, vigneronne issue elle-même d’une longue lignée vigneronne.
 
Au travers de 17 historiettes, son livre nous offre une vision plus positive du vin. Ce sont autant de portraits intimes comme de moments de rencontres et d’échanges, où le vin joue parfois un rôle de médiateur. Les personnages de Galatée Faivre ont tous une relations spécifique, voire unique, avec le vin, vecteur le plus souvent d’ouverture à soi et aux autres. On ne saurait donc le confondre avec une simple boisson, un produit plus ou moins industrialisable, car il nous raconte à chacun une histoire particulière, qu’il faut savoir écouter, comme autant de secrets que le dégustateur attentif va découvrir.
 
Histoires d’amour, chemins initiatiques, portraits, anecdote, et même une improbable mais très jolie république des fleurs composent ce beau bouquet. En passant nous apprenons d’où vient le goût de bouchon, et une manière originale de le reconnaitre ; quels peuvent êtres les inquiétudes, les joies et les rêves des vignerons lors des grands salons ; les bienfaits d’une consommation modérée de vin et le traitement réservé à ceux qui en usent un peu trop avant de conduire ; ou encore le vrai pouvoir de la ménagère au supermarché ...
 
Toujours sensible, parfois sensuelle, Galatée Faivre a su trouver un mode nouveau pour nous parler de vin. Un mode plus interne, sans doute plus féminin, délaissant la technique ou l’emphase spectaculaire, et abordant ce qui émeut, ce qui nous point aurait écrit Barthes, dans le vin. Elle nous invite à poursuivre l’échange sur son blog.

Divineivresse.gif

 
Divine Ivresse. Galatée Faivre. 105 pages. Editions Normant. 2007. 11,50 €. 
 
Repost 0
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 12:48
Voici un petit programme concocté pour une "virée" en Alsace, faite entre amis l'année dernière. Ce qu'il y a de chouette avec les programmes, c'est de ne pas les suivre, et de découvrir d'autres chôses ! Après notre première étape chez Bernard Weber, qui nous a réservé un accueil des plus aimables, et où nous avons dégusté quelques superbes flacons, nous avons pris les sideways, passant par chez Pierre Frick et la maison Becker (ce qui n'enlève rien à la qualité de ceux prévus initialement !). Qu’aurait été ce périple sans la qualité de l’accueil de la famille Klein à Saint-Hyppolite ? Nous avons trouvé chez eux, outre un gite très agréable, une palette agréable de vins, mention spéciale pour un Riesling Vielles Vignes droit comme son i.

Chez Bernard Weber (photo Christine Lé)


Les vins d’Alsace sont (à quelques exceptions près) des vins mono-cépages. Ils sont donc fortement marqués par les caractéristiques gustatives du raisin, avec des arômes souvent très puissants. Chaque cépage ayant ses caractéristiques propres.
 
Les cépages alsaciens se distinguent en deux grandes catégories :
-  les cépages « ordinaires » : Sylvaner, Pinot blanc, Pinot noir
-  et les quatre cépages « nobles » : Riesling, Muscat, Pinot gris (anciennement « Tokay pinot gris ») et Gewurztraminer
Je classerais le Pinot noir, qui donne selon la vinification un vin rosé clair à rouge, à part de cette hiérarchie. Mais c’est à chaque amateur de découvrir ses propres préférences. A cette liste s’ajoutent quelques cépages « locaux » particuliers que nous allons également découvrir.
 
De 30.000 ha en 1828, le vignoble s'est réduit à 8.000 ha en 1948. De nos jours, près de 15.000 ha partagés entre 8.500 propriétaires donnent 1,2 million d'hectolitres par an, dont une centaine de milliers en rouge. Très morcelé, le vignoble est réparti sur une centaine de communes, offrant une très large variété de sous-sols et de climats (Colmar, une des villes les plus sèches de France ...).
 
Parmi ceux-ci, 43 lieux-dits se distinguent particulièrement par leur unité géologique et leur climat particulier. Ce sont les « grands cru » où la viticulture est fortement encadrée (exemple : seuls les cépages « nobles » ont droit à l‘appellation « grand cru »), produisant moins de 5 % des vins alsaciens.
 
Enfin, la patte de l’homme reste primordiale. La viticulture alsacienne a longtemps souffert de la domination allemande, qui en fait une région de production quantitative. Si un certain nombre de viticulteurs travaillent encore dans cet esprit, la grande majorité s’est progressivement orientée, dès le lendemain de la première guerre mondiale, et surtout à partir de 1945, vers une production plus qualitative.
 
Les vins d’Alsace ont a présent largement conquis le droit de se hisser sur les plus belles tables. Ajoutez-y le travail de fond effectué de tous temps par quelques puristes et que reprend avec brio une nouvelle génération : soin à la vigne et au chai, rendements maîtrisés, agriculture bio ou raisonnée. C’est au sein des viticulteurs alsaciens que l’on trouve la plus forte concertation d’hénokiens (entreprises familiales au moins bicentenaires) au monde, après le Japon, une longévité qui n’est certainement pas due au hasard …  
 
C’est donc avec une triple approche, à la fois des cépages, des terroirs, et des vignerons, que nous allons arpenter la route des vins d’Alsace en l’attaquant par sa porte Nord. De Marlenheim à Thann, cette route définie en 1953, parcourt une quarantaine de villages sur ses 170 km.

StHyp2.JPG
Vignoble à Saint-Hyppolite, sur fond de 
Haut-Koenigsbourg (photo Pierre Lansu)


L’itinéraire gustatif
proposé sera un peu plus resserré, autour de quelques lieux et de quelques personnes à découvrir :
 
Molsheim :
Bernard Weber est un vigneron que je suis depuis quelques années. Régulièrement primés, ses grands crus Bruederthal (sols marno-calcaires) enchanteront notre première étape. Moins sucrés, moins charmeurs en premier abord, les vins de la région de Molsheim sont plus floraux, plus minéraux et souvent plus complexes que les vins du sud de l’Alsace.
 
Heiligenstein :
Seul village où l’on trouve le Klevener, cousin du Savagnin du Jura, qui produit un vin de longue garde, à robe d’or vif et aux riches arômes de fruits secs, de noisette et de pain d’épice. Ce cépage (à ne pas confondre avec le Klevner, sans e central, qui est un allias du Pinot blanc) a failli disparaitre dans les années 70, est aujourd’hui brillamment mis en valeur par des vignerons comme Hubert Heywang.
 
Saint-Hippolyte :
Au pied du Haut-Koenigsbourg, le village de Miss France est également à l’origine de la plus récente des AOC d’Alsace : le Rouge de Saint-Hippolyte. Issu du seul Pinot noir et vinifié en macération longue sur marcs, on obtient un vin rouge ample et fruité, à déguster par exemple au domaine Muller-Koeberlé, l’un des artisans de ce classement en AOC.
 
Rorschwihr :
Encore un cépage particulier à découvrir lors cette étape : l’Auxerrois. Et l’un de ses plus vaillants serviteurs, Pierre Rolly-Gassmann, nous enchantera également avec ses très élégants Gewurztraminer. Loin des modes, les Rolly-Gassmann travaillent en respectant l’expression du terroir d’où sont issus leurs raisins.
 
Ribeauvillé :
Sa cave coopérative, qui adopte une approche très qualitative, offre une grande palette de vins issus d’un secteur géographique assez large, permettant de mettre en évidence l’influence des terroirs. La cave possède également un petit musée du vin.
 
Riquewihr :
Jean Hugel, sage octogénaire issu d’une des plus anciennes familles de vignerons alsaciens (depuis 1639), a toujours su résister aux modes et rester fidèle au terroir. Il est l’un des maîtres incontestés du Gewurztraminer. Différentes possibilités de visites dans le village : sentier viticole (de 17 km ...), circuit en petit train, musée de la vigne et de la viticulture.
 
Ammerschwihr :
Ville de l’amour (Amoris-Villare), elle n’en pas moins été anéantie lors de la dernière guerre. Elle possède le célèbre lieu-dit Kaefferkopf, plus ancienne appellation alsacienne, cependant pas reconnu en grand cru pour cause d’« absence d’unicité géologique » (1). Les Binner (vignerons depuis 1770) y travaillent des vins dans un esprit très nature, sans filtrage. Deux sentiers viticoles de 1h à 2h30 de marche nous remettront en train après la dégustation ...
 
Rouffach :
L’étape la plus méridionale de notre périple jouit d’un grand cru exceptionnel : le Vorbourg, à la couleur rouge du fait de la forte présence de fer dans son sol. Alliée à ses autres caractéristiques géologiques et climatiques, elle donne un terroir très favorable au vin rouge. René Muré y produit, entre autres, un Pinot noir de très grande qualité.

bouchonhugel.jpg

Les adresses :
  • Bernard Weber : 49, route de Saverne, 67120 Molsheim – 03.88.38.52.67
  • Jean & Hubert Heywang : 7, Rue Principale. 67140 Heiligenstein –  03 88 08 91 41.
  • Muller-Koeberlé : 22, route du vin, 68590 St-Hippolyte – 03.89.73.00.37
  • Rolly-Gassmann : 1, rue de l’Eglise, 68590 Rorschwihr – 03.89.73.63.28
  • Cave Coopérative : 2, rte de Colmar, 68150 Ribeauvillé – 03.89.73.61.80
  • Hugel & fils : 3, rue de la 1ère Armée, 68340 Riquewihr – 03.89.47.92.15
  • Binner : 2, rue des Romains, 68770 Ammerschwihr – 03.89.78.23.20
  • René Muré : Domaine du Clos St-Landelin, route du vin 68250 Rouffach – 03.89.78.58.00 


En savoir plus sur la route des vins.


1 : Une partie du Kaefferkopf (littéralement "tête de scarabée") vient d'être classée en grand cru.


Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 20:00
Nombreux sont les cavistes à Paris, avec beaucoup de très bons professionnels. Voici les adresses de mes pourvoyeurs favoris, j'assume tout à fait la partialité de mes choix !

L'Avant-Goût ~ Côté Cellier
 
A deux pas de chez moi (bien pratique pour y faire une halte au sortir du bureau ...), le restaurant l'Avant-Goût, sous la houlette de son chef Christophe Beaufront, a ouvert voici quelques temps une boutique. Pascal Gésret y présente une sélection resserrée, mais de grande qualité. Des vins authentiques à des prix souvent très doux. Des dégustations sont organisées régulièrement.

L'Avant-Goût Côté Cellier
37, rue Bobillot  - Paris 13ème
Métro Place d'Italie
Tél : 01 45 81 14 06
 

Caves Augé
 
Proust y achetait ses salades à l’époque où la boutique était une épicerie. Aujourd’hui Marc Sibard, ardent défenseur des vignerons qui ont encore un vrai savoir-faire à valoriser, et son équipe offrent un très large choix de vins triés sur le volet. Du beau, du bon, avec une prédilection pour des vins artisanaux, produits de façon traditionnelle. Avec également des dégustions régulières.
 
Les Caves Augé
116, Boulevard Haussmann - Paris 8ème
Métro Saint-Augustin
Tél : 01 45 22 16 97
Pas de site web
 

Le Vin se Livre
 
Une librairie dédiée au vin ou un caviste qui offre à lire autant qu’à déguster ? L’adresse parfaite pour conjuguer ces deux passions, tenue par Sophie et Isabelle, deux passionnées. Là aussi, la préférence va aux vins produits dans le respect de la terre et du raisin, avec une belle sélection. Lectures, dégustations, ou encore rencontres avec des auteurs ou des vignerons sont également au programme.
 
Le Vin se Livre
36/38, allée Vivaldi - Paris 12ème
Métro Dugommier ou Daumesnil
Tel : 01 43 40 59 45
Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 18:00
Un carnet de plus dans cette région du cyberespace que l'on désigne couramment comme blogosphère ... Qu’y dire de neuf, alors qu’elle déborde déjà de notes et de billets d'humeur sur les sujets les plus divers, à commencer par l'actualité ? Et c'est vrai que celle-ci ne manque pas de sujets d’échanges, y compris autour du vin !
 
Alors que dire de neuf autour du vin ? Le cyberespace doit contenir plus de sites dédiés au nectar de la vigne qu’un hypermarché de banlieue ne doit stocker de bouteilles. Il suffit de taper ‘vin’ sur un moteur de recherche pour se retrouver face à plusieurs millions de pages : sites marchands, sites de producteurs, pages personnelles, même les portails dédiés commencent à fleurir. Pour autant, je pense qu’il faut se réjouir de cette profusion. Car elle témoigne d’un intérêt certain et grandissant pour le vin, d’une dynamique d’échange et de communication autour du divin nectar. Alors, n’ayant pas le cyber-vin triste, j’ai décidé d’ajouter mes pages à l’édifice ...
 
Joignant ma passion pour la lecture à celle pour l’œnologie, voici donc une petite bibliothèque spécialisée dans les livres atour du vin. C’est une littérature très diverse (ouvrages pratiques, guides, essais, beaux livres, récits, romans, poésie, ...) et de plus en plus abondante (il y aurait-il surproduction ?), mais à la qualité parfois inégale ... Car il est des livres comme des vins. Des livres de garde, qui vont se bonifier avec le temps. Des livres de soif, au plaisir simple et immédiat. De vraies découvertes, parfois issues de productions locales confidentielles. Des effets de modes, souvent trop médiatisés. Quelques stars internationales et beaucoup de produits industriels.
 
Ce blog vise à donner quelques modestes points de repères dans toute cette littérature, des repères forcément partiaux, mais indépendants des maisons d’éditions comme des producteurs de vins. Il s’enrichira progressivement avec des notes sur les livres récents, mais également sur des ouvrages plus anciens que tout œnophile devrait avoir dans sa bibliothèque. Bien sûr, vous n’apprendrez pas à nager en lisant tous les traités de natation de la terre. J’ai appris l’essentiel au contact de vignerons et de passionnés du vin, notamment dans un club de dégustation. A vous de bien doser théorie et pratique !  
 
Enfin, last but not least, sachez apprécier et consommer avec modération. Comme le dit justement un proverbe japonais : au premier verre, l’homme boit le vin ; au second verre, le vin boit le vin ; au troisième, c’est le vin qui boit l’homme ... Ce blog promeut une dégustation modérée, qualitative et hédonique. N’hésitez pas à consulter le site www.2340.fr pour évaluer où vous en êtes avec la consommation de boissons alcoolisées.
Repost 0

Quel est ce blog ?

L'Œnothèque ~ Des livres et du vin ...

  • L’œnothèqueQuelques livres autour du vin : ouvrages pratiques, guides, essais, beaux livres, récits, romans, poésie, entre autres ... 
          > Voir la liste.

Contactez l'auteur.
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles publiés sur le blog.
Et n'hésitez pas à recommander ce blog !


L'abus d'alcool est dangeureux pour la santé, sachez apprécier et consommer avec modération.

Derniers Articles

  • Cherchez l'intrus
    Quelques flacons ouverts durant ce long week-end de Pâques (qui commence le Vendredi-Saint ici...). Un intrus s'y est malicieusement glissé :
  • SlowLily
    Bonjour, je vous avais sollicités récemment pour contribuer à une étude de lmarché. Merci à tous les participants à l'étude. Elle a été très utile pour affiner le concept et développer la ligne. La boutiques est désormais ouverte, à l'adresse suivante...
  • Pétition Urgente Soutien Vigneron !
    Bonjour à toutes et tous, Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or passera ce lundi 24 février en correctionnelle pour avoir refusé d'obéir à un arrêté préfectoral ordonnant de pulvériser un dangereux pesticide (qui tue les...
  • Face à la saloperie, soyons solidaires !
    C'est rare que je demande quelque chose à mes lecteurs, et vous vous en doutez bien qu'il me faut être bien indigné pour reprendre, ne serait-ce que ponctuellement, le chemin de mon blog... C'est une article des 5 du Vin, que m'a fort aimablement remayéé...
  • Participez à une étude de marché
    Une personne proche réalise actuellement une étude de marché pour l'ouverture d'une boutique en ligne. Merci de prendre quelques minutes pour y contribuer. URL du questionnaire http://www.mon-enquete-enligne.fr/index.php?sid=51571&lang=fr URL courte :...
  • Blog en sommeil...
    L'avalanche quotidienne de courriers de lecteurs dépités et de lectrices au coeur brisé me fait prendre conscience que je dois quelques mots d'explication aux milliers de fans de l'Oenothèque... N'étant pas un professionnel, ni du vin ni de l'édition,...
  • Carlo Petreni présentera sonnouveau livre vendredi à Paris
    Invitation à la conférence de présentation du livre "Terra Madre - Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation" avec Carlo Petrini, auteur du livre, fondateur et Président de Slow Food et avec Gilles Fumey, professeur des Universités de Géographie...
  • Ephéméride du 8 au 14 août
    L'arrêté du 8 août 1962 attribue le label VDQS, Vin Délimité de Qualité Supérieure, aux vin des Côtes du Vivarais (Ardèche), qui accéderont à l'AOC en 1999. La loi du 9 août 1905 soumet les grands marchands de vins de Paris à l'entrepôt obligatoire à...
  • Ephéméride du 1er au 7 août
    La nouvelle réglementation européenne viti-vinicole est mise en place au 1er août 2009. Entre autres, elle autorise l’usage de copeaux de bois pour les vins AOC en France. Plus de 100 ans auparavant, une autre loi ne résolvait pas davantage les problèmes...
  • Ephéméride du 25 au 31 juillet
    Par le traité du 25 juillet 1840, le gouvernement de la Hollande affranchit de tous droits de douanes les vins, eaux-de-vie et esprits de France en cercles. Il réduit pour les vins en bouteilles le droit d'entrée de trois cinquièmes, et de moitié pour...